Alain Homsi, français-syrien, parle de son pays natal, la Syrie, dont il a une image très différente par rapport à celle véhiculée dans les médias aujourd’hui. Son témoignage est une ode à la paix dans ce pays miné par un conflit depuis 2011. 

Alain Homsi, un français-syrien

Alain Homsi est né en Syrie et a grandi dans la capitale, Damas. Musulman, il a suivi sa scolarité dans des établissements chrétiens de la vieille ville. Dès son enfance, il a été impressionné par la richesse du patrimoine de son pays natal lorsque ses parents l’emmenaient visiter des monuments historiques comme la Palais Azim, la Mosquée des Omeyyades, le Musée national de Damas. Il est venu faire ses études en France puis a commencé une carrière de Journaliste Reporter d’Images (JRI). Il est passionné par la photographie qu’il pratique comme amateur. Cependant, sa carrière de JRI lui a permis d’avoir une vision plus professionnelle sur la photographie. Ayant vécu presque autant d’années en France qu’en Syrie, il se considère comme un « français-syrien » et non comme un « franco-syrien », appellation qu’il réfute car selon lui elle donne l’impression de « moitié-moitié » alors qu’il se considère autant français que syrien.

Souvenirs de Syrie, une exposition photographique sur la Syrie d’avant le conflit

L’exposition « Souvenirs de Syrie » présente une série de photographies qu’Alain Homsi a réalisé dans différents endroits en Syrie tels que la capitale Damas, Alep, seconde ville du pays ou encore la ville de Bosra qui abrite un théâtre de l’époque romaine. Certaines sont en noir et blanc et d’autres en couleurs selon ce que les lieux ont inspiré au photographe. Elles se veulent des mises en valeur de scènes spontanées de la vie quotidienne ou de monuments mais ce ne sont aucunement des mises en scènes. Alain Homsi s’inspire du style d’Henri Cartier-Bresson et de Robert Doisneau qui appartenaient au courant humaniste. Ces photos respirent le calme et la sérénité, cela tranchent avec les images que les spectateurs ont actuellement de la Syrie. Ce qui l’a inspiré, ce sont les lieux chers de son enfance dont il garde des souvenirs émus et le hasard des scènes de rue qu’il a pu voir lors de son dernier voyage en Syrie avant le conflit.

En premier lieu, l’objectif de cette exposition est de présenter une image différente de la Syrie par rapport à celle actuellement véhiculée par les médias, une image sans violence et dégagée de questions géopolitiques. Mais pas uniquement car elle veut aussi montrer une image de « la vraie Syrie et de la beauté de son patrimoine ainsi que de la richesse culturelle de toutes ses communautés qui vivaient et grandissaient ensemble en paix ». Alain Homsi veut aussi transmettre un message, selon lui « le conflit actuel ne doit pas être envisagé comme un conflit interreligieux ». Il vise également à dénoncer les dégâts infligés par le conflit aux monuments historiques syriens dont plusieurs sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture).

Ses projets à venir pour la Syrie

En effet, beaucoup de monuments historiques syriens ont subi d’importants dommages comme la mosquée des Omeyyades d’Alep que Alain Homsi avait photographié avant la destruction de son minaret en 2013.

Zakaria_2

Depuis la France, Alain Homsi s’investit fortement pour la Syrie. En effet, il a créé le groupe « Mobiliser pour la Syrie » avec d’autres personnes en vue de soutenir l’association AAVS (Association d’Aide aux Victimes en Syrie) qui mène des actions sur le terrain principalement dans le domaine médical et scientifique. Elle apporte une aide médicale et crée des dispensaires pour pallier à la destruction des établissements de santé. Mobiliser pour la Syrie souhaite rassembler des personnes de toutes les nationalités pour organiser des événements culturels, pour faire connaitre la Syrie et récolter des dons pour l’AAVS. A ce propos, le dernier événement, organisé par le groupe, fut une randonnée le week-end dernier.

Par ailleurs, Alain Homsi est également le président fondateur du Club International des Jeunes de Paris dont le but est de proposer des activités culturelles (visites, excursions et spectacles) et des activités conviviales (atelier de conversation et d’échange linguistique, soirées) pour les étudiants français et étrangers qui vivent à Paris.

Par Munoz Ludivynn & Yulia Vasilyeva