Juliette Binoche, Jessica Chastain et Freida Pinto, entre autres,  ont décidé qu’elles allaient lancer une société de production nommée « We do it together » pour lutter contre les représentations stéréotypées de la femme au cinéma.

C’est Juliette Binoche qui l’a annoncé dimanche 2 mars au micro de France Info. La société de production est née d’un constat, celui d’un sexisme prégnant, à la fois dans la représentation des rôles féminins et dans la faible mixité des postes à hautes responsabilités du cinéma. Outre l’actrice française Juliette Binoche (Sils Maria), la société compte dans ses rangs des personnalités telles que Catherine Hardwicke (la réalisatrice de Twilight), Ziyi Zhang (The Grandmaster), Freida Pinto (Slumdog Millionnaire) et Jessica Chastain (Interstellar).

Freida Pinto and Jessica Chastain

Freida Pinto et Jessica Chastain aux SAG Awards (source : Getty)

Leur organisation à but non lucratif produira dans un premier temps six films de quinze minutes. L’argent que ces premiers films permettront de récolter servira ensuite à financer d’autres films.

Les femmes rarement derrière la caméra

«We Dot It Together» a été créé quelques semaines après la publication d’une étude de l’Université de Caroline du Sud (USC) évoquant la sous-représentation des femmes au cinéma. Selon les chiffres fournis par l’USC, sur 11 300 personnes qui ont des répliques étudiées dans 414 films et séries télévisées, un tiers sont des femmes. Et ces dernières sont davantage susceptibles d’apparaître dans des tenues sexy ou dénudées (37,3% contre 7,6% pour les hommes). Enfin les femmes sont rares derrière la caméra : elles ne représentent que 15% des réalisateurs, 29% des scénaristes et 23% des créateurs de séries.

Un combat qui prend de l’ampleur

D’autres initiatives visant à contrecarrer ces représentations sexistes au cinéma ont déjà vu le jour ces dernières années.

Le 38ème festival international de films de femmes de Créteil, par exemple a été créé en 1979. Il accueillera comme chaque année des réalisatrices du monde entier, du 18 au 27 mars 2016.

L’association « Femmes et Cinéma », elle, est née en 2014. Elle dénonce une sous-représentation des femmes dans les grandes cérémonies du cinéma. Ainsi, depuis 1976, le César du meilleur réalisateur n’a été décerné qu’une seule fois à une femme, Tonie Marshall en 2000. Quant à la Palme d’Or, elle n’a été attribuée que deux fois à des femmes (Jane Campion en 1993 et les deux actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos en 2013).

« Si le cinéma est fait en majorité par des hommes, se pose la question légitime (…) de savoir si le cinéma véhicule une représentation juste et complète de la société« , peut-on lire sur le site de l’association. 

Le Deuxième Regard est une autre association qui vise à soulever les stéréotypes de genre dans le cinéma. « D’une part en s’intéressant aux représentations du féminin et du masculin, d’autre part en mettant en lumière le travail des nombreuses femmes du secteur, encore faiblement représentées dans certains métiers.« 

Pour découvrir les premiers films produits par “We do it together”, il nous faudra attendre le festival de Cannes, qui se déroulera du 11 au 22 mai 2016,

 >A lire aussi : Polémique aux Oscars.