C’est grâce à Sarah Andelman qu’est né le premier concept store français. Créé en 1997, Colette mêle alors style, design, art et possède même une partie comprenant la restauration. Depuis 20 ans, le concept-store parisien est devenu une véritable vitrine internationale. Retraçons son évolution.

Comment bousculer les standards parisiens établis ?

Pour son inauguration, en 1997, Colette étonne. Des produits d’horizons totalement différents s’entre-mêlent, dans une boutique branchée. De la bijouterie à un franc, aux gadgets, et produits de streetwear, le nouveau concept store bouscule les standards parisiens, on y relève aussi des CDs, ou de la photographie. S’y vendent même des produits Kiehl’s (à l’époque, seule une échoppe New-Yorkaise en vendait). On peut alors ajouter au novateur, le caractère visionnaire de ce qui allait devenir une institution.

Découvrir Colette grâce à une vidéo ? c’est ici

Quatre ans plus tard, en 2001, passé la pseudo fin du monde annoncée du passage au second millénaire, Colette innove et édite sa première compilation musicale. En découleront plus d’une trentaine. Des compilations condensées des tendances actuellement mises en pièce par l’illustrateur sonore Clément Vaché, qui a remplacé Michel Gaubert.

Colette Athletics : l'une des célèbres compilations de la marque

Colette Athletics : l’une des célèbres compilations de la marque

En 2005, la Colette dance class voit le jour. Il s’agit d’un cours de danse mensuel qui se veut fame. En 2008, et donc 11 ans après l’ouverture du concept-store, un lifting s’impose. La boutique parisienne ferme et est remplacée par une annexe, à New-York. Le but de ce lifting est de créer une véritable atmosphère chaleureuse. Sarah Andelman confiait qu’elle souhaitait transformer son ancienne boutique. Pour elle, cette dernière ressemblait trop à un musée. L’esprit qu’elle souhaite est plus communicatif. Tous les styles se doivent de se retrouver en osmose chez Colette.

Le concept store vu de l'intérieur

Le concept store vu de l’intérieur

Comment passer du simple concept-store au statut d’institution ?

C’est en 2014 que Colette devient une véritable institution parisienne. Le concept-store crée un véritable buzz mondial en obtenant le lancement exclusif de l’apple watch. La présence d’icône comme Karl Lagerfeld ou Anna Wintour est un atout qui permet de faire du sigle « vendu chez Colette » un Graal. Elle obtient par ailleurs un an plus tard l’exclusivité du lancement du parfum de Zlatan Ibrahimovic (ancien joueur du PSG).

Sarah Andelman accompagnée de Drake, au coeur du concept-store


Sarah Andelman accompagnée de Drake, au coeur du concept-store

Cette effervescence est parfois difficile à contenir. Victime de son succès, Sarah Andelman disait être parfois dépassée en prenant l’exemple de la venue de Drake où il avait fallut bloquer la rue. D’ailleurs ces succès s’enchainent, ont été reçues des personnalités comme Rihanna, Pharrell Williams, Kate Moss ou encore le vrai Stan Smith !

Et maintenant ?

Cette année correspond aux vingt ans de l’enseigne parisienne. À ce titre, Colette célèbre son anniversaire avec vingt produits exclusifs. Mais surtout, Colette va faire de la nef du musée des Arts Déco une piscine géante contenant quelques centaines de milliers de balles de ping-pong !

Colette est un concept store qui en a entrainé d’autres à Paris. Le boulevard Beaumarchais et le Marais en général peuvent en témoigner. Ils s’y alignent tous un par un. À titre informatif, la marque a développé en 2016 vingt huit millions d’euros de chiffre d’affaire. Elle comprend plus d’une centaine de salariés, et permet à un tout un chacun de trouver son bonheur, grâce à une fourchette de prix très vaste : 1€ pour des sucreries à 78 840€ pour des éléments appartenants à la bijouterie.