Le président syrien, qui a accordé un entretien à plusieurs médias français, a dit tout le bien qu’il pensait du candidat à l’élection présidentielle François Fillon. Il loue notamment sa position sur le conflit qui touche la Syrie.

François Fillon, le soir de sa victoire aux primaires le 27 novembre 2016 (© ERIC FEFERBERG / AFP)

François Fillon, le soir de sa victoire aux primaires le 27 novembre 2016
(© ERIC FEFERBERG / AFP)

Al-Assad, meilleur rempart contre le « terrorisme islamique »

Dans une interview qu’il a accordée à trois médias français (RTL, LCP et France Info) et diffusée ce lundi 9 janvier, Bachar Al-Assad s’est dit enchanté par le discours de François Fillon concernant le conflit syrien. « Sa rhétorique concernant les terroristes, sa priorité consistant à combattre les terroristes et à ne pas s’ingérer dans les affaires d’autres pays sont les bienvenues », déclare le président syrien lors de cet entretien.

Depuis le début de sa campagne, Fillon a toujours affiché son ambition de protéger le régime syrien :

Le candidat Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle, François Fillon, a toujours jugé qu’il était nécessaire de discuter avec le président syrien Al-Assad. Un homme qu’il estime comme étant le rempart idéal contre le « terrorisme islamique ». A travers cette position, Fillon cherche surtout à ce que les chrétiens d’Orient soient protégés. D’où sa volonté de réouvrir « au moins un poste diplomatique » afin d’avoir un « cana de discussions avec le régime syrien ». Rappelons que la France a fermé son ambassade à Damas en 2012, un an après le début du conflit.

Les louanges de Poutine

Bachar Al-Assad a néanmoins tenu a nuancé ces propos. « Il faut être prudent car nous avons appris dans cette région, au cours des dernières années, que de nombreux responsables disent une chose et font le contraire ». Une déclaration qui fait sans doute référence Nicolas Sarkozy, lorsque celui-ci présidait toujours la France, et son changement de fusil d’épaule durant le conflit libyen. Un retournement de veste qui aura permis de renverser le régime de Mouammar Kadhafi. « Je ne veux pas dire que M. Fillon fera la même chose, j’espère que non, mais il faut attendre de voir car nous n’avons pas de contacts. Mais, jusqu’à présent, ce qu’il dit, s’il le met en application, serait une très bonne chose », a ajouté le chef de l’Etat syrien.

Ces louanges de Bachar Al-Assad sur Fillon interviennent un peu plus d’une semaine après les voeux de Vladimir Poutine à son égard. Un Vladimir Poutine, grand allié d’Al-Assad, qui n’a jamais caché les « très bonnes relations » qu’il entretient avec l’ex-premier ministre et qui doit certainement se réjouir de sa position sur la Syrie.

Du beau monde en somme.