Plusieurs centaines de réfugiés qui vivent dans des abris de fortune dans le 18ème arrondissement de Paris, avec les pluies incessantes et dans des conditions extrêmement précaires. C’est un combat contre ce phénomène que va mener Anne Hidalgo en créant un camp de réfugiés en région parisienne.

Deux jours après l’annonce de la reprise en main du camp de Grande-Synthe par l’État, la maire de Paris a annoncé mardi qu’elle allait mettre en place un camp de réfugiés au sein de la capitale. Le choix du lieu devrait être annoncé dans les jours qui viennent et selon Anne Hidalgo, le campement devrait être opérationnel d’ici un mois et demi. La mise en place d’un camp de migrants dans la ville de Paris serait une première et mènerait sans doute à de nombreuses discussions avec les autorités concernées au sein du gouvernement. Elle compte ainsi accueillir les réfugiés en transit en direction de Calais et qui n’ont pas de situation stable en leur offrant des abris aux normes internationales. Anne Hidalgo a pour le moment évoqué des « hébergements humanitaires » installés dans le Nord de Paris.

Une nouvelle fronde sur la question des migrants

Cette décision va donc à l’encontre du projet gouvernemental qui a toujours été réticent face à l’accueil des migrants et à la création de camp. Le projet du camp de Grande-Synthe est d’ailleurs à termes de le faire disparaître. Quel que soit l’avis du gouvernement, la maire de Paris semble bien décidée à mener ce projet jusqu’au bout. Pour elle, il est inadmissible que des hommes et des femmes continuent à vivre dans la boue. Elle a par ailleurs récolté le soutien de François Baroin, le président de l’Association des Maires de France alors que la droite, la gauche et l’extrême droite critiquent tous les trois ce projet.

Sur le même thème : Des migrants traversent la Mer Égée à la nage

Camp de Grande-Synthe : maîtriser pour mieux démanteler