Vicky n’est pas une femme comme les autres. Elle est à la fois mystérieuse, discrète, charmeuse, et pourtant! Radio VL a rencontré Vicky et vous livre les secrets de celle qui sera peut-être votre prochain match. Le prénom de notre interlocuteur a été modifié afin de préserver son anonymat. 

La rencontre de Vicky

« Ce soir, mon ami de longue date, Lucien, va me présenter Vicky. Je l’ai déjà vu sur des photos et échangé quelques messages avec elle. Je sais déjà qu’elle a beaucoup de succès auprès des hommes qui sont nombreux à fantasmer via les applications de rencontre. Lucien est content de me la présenter. Il a déjà réunis tous les produits cosmétiques sur son lit et sélectionne ceux dont elle aura besoin. Une fois les produits choisis, Lucien se rend dans la salle de bain. Après plusieurs minutes d’attente, il ressort enfin. Je suis moins surprise que je ne l’aurai imaginé. C’est simplement lui maquillé. Il ajoute une perruque et termine son look en se vernissant les ongles. Je réalise petit à petit que ce n’est plus Lucien qui se tient devant moi mais bien Vicky. Son attitude a changé, elle dégage désormais une aura unique. Son visage n’est pas le seul changement. Ses jambes fines ne peuvent être assimilées à aucun sexe, ni féminin ni masculin. Après avoir emprunté son maquillage, je me compare d’ailleurs à elle dans la glace et ne peux admettre la similitude. Vicky est résolument différente. Je la vois désormais comme une copine et ça la rend heureuse. »

Pourquoi et comment Vicky existe-t-elle? Lucien nous dit tout.

Entretien vérité

D : Bonjour Lucien, quand et comment as tu eu l’idée de te travestir?

L : J’ai commencé il y a un an. A la base, c’était surtout pour séduire un mec qui me plaisait mais qui était bisexuel, bi plutôt hétéro. Je l’avais déjà rencontré une fois et je me suis dit que si je me déguisais en fille, il serait davantage attiré par moi et voudrait me revoir. J’ai commencé à acheter du maquillage, des habits, j’ai perfectionné mon look petit à petit. J’ai essayé d’analyser tous les signes physiques, les codes vestimentaires et de maquillages des filles. J’ai ensuite évalué mon pouvoir de séduction, d’abord sur lui.

« Il aimait bien les photos, la nouvelle personne, il m’a dit que c’était original »

Mon idée ensuite était d’élargir mon champs de conquêtes, ne pas me restreindre aux gays et avoir ainsi un peu plus de choix. J’ai commencé à tester pour voir si on allait me reconnaître ou pas, si les garçons allaient être attirés ou pas. A ma grande surprise, les gens étaient très réceptifs et ne se doutaient presque jamais que j’étais un garçon.

J’utilise des photos très travaillées, sur lesquelles Vicky apparaît aguicheuse, à la fois très sensuelle et féminine, car c’est ce que recherchent les hommes. Je crée ensuite un profil sur les applications que tous les jeunes utilisent : Tinder, Adopte un mec et Lovoo.

D : Quand la première rencontre a-t-elle eu lieu et comment s’est-elle passée?

L : C’était au tout début.

« J’avais la base : une perruque, du maquillage, des lèvres très roses shiny avec un fard à paupières très bleu, du maquillage de professionnels qui aide beaucoup et des sous-vêtements de filles. »

J’avais rencontré ce mec sur Tinder. C’était la première fois que je rencontrais un hétéro, c’était un de mes fantasmes. J’avais peur qu’il me reconnaisse, qu’il se doute que j’étais un homme ou que ça se passe mal. Je lui avais dit la vérité mais comme je ne l’avais jamais vu, j’appréhendais. Finalement, la rencontre s’est très bien passée. Mon look n’était pas parfait mais le mec était assez ouvert d’esprit donc je pense qu’il était plutôt bi. Il avait une copine à cette époque.

D : Qu’as tu amélioré dans ton look? 

L : Surtout les vêtements. Avoir les bons vêtements appropriés, choisir les bons sous-vêtements, les bonnes associations de maquillage, ne pas trop se maquiller pour ressembler à un clown est crucial. La coiffure est également importante.

« Il faut être très méticuleuse et soigner chaque détail. »

Enfin, le comportement et l’attitude jouent un rôle essentiel.

D : Finalement tu crées ta personne. 

L: Avec le temps, tu apprends à inventer une nouvelle personne, une nouvelle identité. D’abord un physique, un look. Tu crées une identité, une existence sur les réseaux sociaux, sur Facebook, Instagram. Tu commences à faire plusieurs photos pour signifier que c’est une personne ordinaire et pas juste une personne figée, fictive. Le but est de convaincre que c’est une vraie personne.

D : En général, les gens se contentent de la personne qu’ils sont. Pourquoi la personne que tu es ne te contente pas?

L : Car je suis créatif, j’aime découvrir de nouvelles choses, et élargir mon champs de possibilité. De plus, je le crée pour ne pas rester dans l’ennui et la monotonie. Au départ, c’était un challenge. Le goût du risque me motive.

IMG_0136

L’une des photos de Vicky pour attirer ses prétendants

D : Combien as tu de matchs sur Tinder?

On va regarder ça…

« 551 matchs sur Tinder et plus de 16000 demandes sur Lovoo. »

L : Simplement en voyant mes photos. Sur Tinder j’ai mis : « looking for some crazy friends. Vicky, 1,78m, Paris. »

D : Certains ont-ils deviné que tu n’étais pas une femme?

L : C’est très rare. Sur 551 matchs,  2 ou 3 m’ont posé la question pour savoir si j’étais un travesti. Ils m’ont dit que ça se voyait très peu. L’un d’eux connaissait déjà des travestis. J’ai tellement de demandes que je n’ai pas le temps de chercher les gens pour leur parler, je me contente de répondre aux messages que je reçois.

D : Matches-tu avec tous les mecs? (matcher = accepter la conversation sur l’application Tinder)

L: Beaucoup me plaisent mais je matche aussi pour augmenter mes chances. Dans 90% des cas, j’ai un match en retour. Ensuite, quand je chat, sur 10 mecs, environ 5 ne sont pas attirés, 4 sont intéressés et 1 a pour fantasme ce type d’expérience. Depuis que j’ai commencé, j’ ai rencontré une quinzaine de mecs. Pour la plupart, c’était leur première fois avec une personne du même sexe.

"Vicky utilisent les codes érotiques pour séduire

Vicky utilise les codes érotiques pour séduire

 

D : Comment leur annonces-tu ton secret ?

L : Les photos aident beaucoup. Parfois, je ne leur dit pas au début et je les bombarde de photos pour qu’ils soient bien stimulés et qu’ils aient vraiment l’impression de parler à une fille. Je leur avoue ensuite la vérité. A ce moment, ils tombent des nues. Ils sont tellement excités que la suite se joue entre leur cerveau et leur bite.

« A ce moment, tu vois ceux qui pensent avec leur tête et ceux qui pensent avec leur bite »

D : Quelles ont été les meilleures et pires réactions à l’annonce de ton secret? As tu reçu des insultes?

L :  Je n’ai pas eu d’insultes à proprement parler. Souvent la réponse est « non ça ne m’intéresse pas. Je ne suis pas intéressé ». Ils ne sont pas méchants avec moi. Les meilleures réactions sont quand ils acceptent la rencontre.

D : Qu’en pensent-ils lorsqu’ils te découvrent dans la réalité?

L : Généralement, le travail a déjà été bien fait en amont pour leur donner envie qu’on se rencontre et quand ils viennent, ils ne sont pas déçus. Souvent ils ont peur. Dès que j’ouvre la porte, ils ne se posent plus de questions et entrent directement.

D : Passée la première rencontre avec un homme, souhaites-tu poursuivre la relation? Certains hommes ont-ils voulu te revoir?

L : C’est juste un jeu sexuel. Ce serait mieux si ça pouvait se poursuivre en relation. Pour eux, c’est clairement un jeu. Ils se découvrent d’autres attirances, je pense.

J’ai rencontré un policier que j’ai vu deux fois.

« Son défaut est d’ aimer un peu trop le sexe. »

Je pense que ce type de personnalité chez les hommes fait qu’ils sont intéressés par ce genre d’expériences. Ce policier vit avec sa copine mais traverse une période difficile dans son couple. On s’est vu, il a beaucoup aimé. On s’est revu une deuxième fois. Il m’a dit qu’il était vraiment hétérosexuel et que, vu comme ça, il ne se serait jamais imaginé le faire avec un travesti. Il m’a dit : « si tu m’avais dit ça il y a un ou deux ans, je n’aurais jamais imaginé être avec toi ici et maintenant. Je n’y aurais pas cru. » Il a ensuite ajouté : « grâce à la manière dont tu l’as amené, avec le sujet et les photos, c’est passé assez facilement. »

D : Les hommes que tu as rencontré accepteraient-ils de te voir en Lucien? Pourquoi?

L : Non.

Je joue tellement bien le jeu d’une fille et ils sont hétéros. Ils s’imaginent que j’ai l’apparence d’une fille et ne veulent pas voir le côté homme d’un travesti. Est-ce un mec déguisé en fille ou est ce la fille qui les excite? Pour être honnête, je ne sais pas ce qu’il se passe dans leur tête.

D : En dehors du sexe, avez-vous d’autres sujets de conversation?

« On parle de tout, de leur vie, de leur boulot. Je leur parle de ma vie, celle de Lucien. Je ne m’invente pas une vie. »

IMG_7124

La main de Vicky

D : Penses-tu qu’il serait possible de draguer en Vicky ailleurs que sur les réseaux sociaux, dans un bar par exemple?

L : Non. Ce serait impossible à moins d’aller dans un bar spécifique qui aime ce genre là. Ce ne serait pas la même cible. Les réseaux sociaux facilitent les rencontres anonymes et discrètes. Ils permettent aussi de rencontrer des jeunes entre 18 et 30 ans.

D : Envisagerais-tu d’être en Vicky en permanence? 

L : En 2016, c’est toujours un peu compliqué. On est tellement peu. C’est tellement tabou que c’est difficile de vivre en étant travesti. Personnellement, ça ne me dérangerait pas mais je sais que ce n’est pas accepté dans la société. J’aime ce petit jeu pour l’instant et je verrai où ça me mène.

Mesdames, ayez donc crainte de cette nouvelle concurrence secrète. Lucien est passé maître dans l’art de la transformation et a désormais l’avantage de connaître aussi bien les hommes que les femmes. Il a compris les désirs des hommes et y répond simplement, assouvissant de nombreux fantasmes.

Précisons que Vicky a des rapports protégés avec tous les hommes qu’elle rencontre et que l’absence de capote lors de rapports sexuels vous expose à toutes les maladies sexuellement transmissibles, VIH compris.