Bernard Cazeneuve s’est exprimé dans les colonnes du journal sportif l’Equipe pour expliquer les mesures décidées par le gouvernement à l’approche de l’Euro de football. Près de 90 000 personnes seront déployées pour faire face à la menace terroriste.

Sécurité maximum. Bernard Cazeneuve s’est entretenu avec le journal l’Equipe pour revenir sur les moyens mis en place à l’approche de l’Euro de football. Dans une interview publiée ce mercredi, le ministre de l’intérieur reconnait que le risque zéro n’existe pas, bien que toutes les précautions seront prises.  « Notre objectif est que l’Euro soit une grande manifestation festive, mais nous devons la vérité aux Français. 0% de précautions, c’est 100% de risques, mais 100% de précautions, ce n’est pas le risque zéro. Nous faisons tout pour éviter une attaque terroriste, et nous nous préparons à y répondre. Plus de 60.000 policiers et gendarmes seront sur le terrain » a déclaré le ministre.

« Les fans-zones sont des espaces sécurisés« 

A seulement trois semaines du début de l’Euro, le gouvernement français est sous tension. Après les débordements et les nombreux couacs survenus le week-end dernier au Stade de France, la réponse devait être à la hauteur des attentes des français et surtout au niveau du risque important d’attaque terroriste menaçant la France.

Le ministre de l’intérieur note toutefois que le match OM-OSG n’avait « pas valeur de test pour l’Euro ». Selon ces propos, « ce n’était pas le même public, pas le même organisateur, ni le même dispositif de sécurité. En revanche, ce qui s’est passé doit être pris en compte et appelle une vigilance accrue ». L’actuel locataire de la Place Beauvau s’est également exprimé à propos des endroits de rassemblement de supporters mis en place pour suivre la compétition par le plus grand nombre. « Les fans-zones sont des espaces sécurisés. J’ai pris la décision d’imposer des palpations de sécurité à l’entrée, d’avoir recours à la détection métallique et d’interdire les bagages à l’intérieur. S’il n’y avait pas de fans-zones, les supporters se regrouperaient dans une totale improvisation et le risque serait décuplé » peut-on lire dans le journal l’Equipe.

90 000 personnes 

Au total, Bernard Cazeneuve a promis près de 90 000 personnes pour assurer la sécurité lors de la compétition sportive qui aura lieu du 10 juin au 10 juillet. Une partie des 10 000 militaires du plan Sentinelle viendront s’ajouter aux 77 000 policiers et gendarmes déployés pour encadrer la compétition. 13 000 agents de sécurité privée et près de 1000 bénévoles des associations de secourisme seront également présents. Une compétition qui s’annonce donc aussi compliquée sur le terrain qu’à l’extérieur du stade.