La manifestation prévue samedi à Calais par la branche française du mouvement islamophobe Pegida devrait être interdite. La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé, mercredi 3 février, qu’un « processus d’interdiction » du rassemblement était en cours, « puisqu’il s’agit d’un groupuscule extrémiste ».

Un mouvement contre « l’islamisation de l’Occident« 

Pegida, « Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident », est un mouvement d’extrême droite né en Allemagne en 2014.  Le 20 octobre 2014, ils n’étaient qu’une centaine sur la place de l’Opéra de Dresde à s’être déplacés pour «une promenade contre l’islamisation de l’Occident». Un an plus tard, en octobre dernier, environ 20 000 manifestants sont venus manifester à Dresde pour protester contre la politique d’asile du gouvernement allemand.

Son fondateur, Lutz Bachmann, postait en janvier dernier sur son compte Twitter un cliché de lui, arborant un tee-shirt sur lequel on pouvait lire « Rapefugees not welcome », instrumentalisant avec ce jeu sur le mot « rape » (« viol » en anglais) les événements survenus lors de la Saint-Sylvestre à Cologne. Le leader, aujourd’hui âgé de 43 ans, qui n’avait pas hésiter à traiter les réfugiés de « bâtards » et de « bétail », avait défrayé la chronique en janvier 2015 quand des photos de lui grimé en Hitler avait été publiées par la presse allemande. La polémique l’avait forcé à démissionner de la présidence de ce mouvement. Un mois après, il réintégrait pourtant le comité de direction de l’organisation.

sauvons_notre_pays_6_février

Appel à manifester de PEGIDA

De nombreux heurts

La préfecture du Pas-de-Calais justifie l’interdiction de manifester ainsi : « Des éléments tangibles démontrent que cette manifestation présente le risque de générer des affrontements entre la mouvance ultra droite et la mouvance ultra gauche en centre-ville de Calais. » La décision sera prise dans les jours à venir par la préfète du département.  «J’ai demandé à la préfète du Pas-de-Calais de procéder à l’interdiction de toutes les manifestations, quels que soient leurs organisateurs, qui sont susceptibles d’occasionner des troubles à l’ordre public», a quant à lui indiqué Bernard Cazeneuve, en précisant que l’interdiction concernait «tous ces groupes qui appellent à la tension, à la division et à la violence». Une autre manifestation de Pegida prévue samedi à Saint-Brieuc, en Bretagne, doit être interdite par le préfet des Côtes d’Armor, « au vu des troubles sérieux à l’ordre public » et de la « forte sollicitation des forces de sécurité » dans le cadre de l’état d’urgence.

En novembre dernier, un rassemblement avait réuni une centaine de personnes dans les rues de Calais et un Coran avait été brûlé pendant le défilé, selon le journal Nord Littoral.  Début janvier des heurts survenus au cours d’une manifestation organisée par Pegida à Cologne avaient obligé la police locale à utiliser des canons à eau pour disperser le rassemblement.