À l’occasion de la privatisation de TF1 en 1987, l’animatrice phare des émissions jeunesses de Antenne 2, Dorothée, débarque sur l’antenne avec une émission appelée à devenir culte : le Club Dorothée.

Selon les générations, chaque enfant est lié à une émission jeunesse culte : L’île aux enfants, Récré A2 (qui fêtera ses 40 ans en 2018), Croques vacances, Les Minkeums… Mais une émission est parvenue à les dépasser toutes pour devenir une des grandes émissions qui marqueront l’histoire de la télévision française, et c’est le Club Dorothée.

Pour accompagner sa privatisation, TF1 débauche celle qui cartonne depuis 10 ans avec Récré A2 et lui offre non seulement une grande émission, mais également la direction de l’unité jeunesse de la chaîne. Même si la proposition ne se refuse pas, elle restera fâchée avec Jacqueline Joubert, patronne de l’unité jeunesse de la 2, qui ne lui pardonnera pas sa « trahison ».
Mais avec 10 ans d’émissions, des milliers d’heures de programmes, des séries cultes, des dessins animés cultes, Dorothée va confirmer son statut d’icône de la télé.

Retour donc au 2 septembre 1987.

Une équipe de grands enfants appelés à devenir les copains de tous les spectateurs

En venant sur TF1, Dorothée retrouve son vieux comparse Jacky, passé à TF1 quelques années avant. Elle amène avec elle Ariane, Corbier (le chansonnier repéré aussi par Jacqueline Joubert) et Patrick Simpson-Jones. Tous les cinq, ils vont former une bande solide et il le faudra car au plus fort de sa notoriété, le Club Dorothée représentera plus de 1000 heures d’antenne par an. Il faut bien s’entendre pour partager tout ce temps. « A un moment, on ne faisait que ça » déclare Dorothée et on la croit volontiers. Cette bonne ambiance se ressent dès la première de l’émission.

À leurs côtés, comment ne pas mentionner les musiciens de Dorothée Les Musclés, Madame Soleil l’astrologue, le Dr Klein spécialiste des animaux, mais aussi les chanteurs de la maison, les personnalités passées un temps par l’émission comme Michel Chevalet, Gérard Majax ou Cyril Devret… Le Club Dorothée, ce sont aussi des jeux cultes comme l’ABC, le Jacky Sceau, le Splich Splatch Splotch Vlan, le jeu des génies, le bon numéro… Car pour fidéliser les jeunes spectateurs, Jean-Luc Azoulay (le « A » de AB Productions) qui produit l’émission, crée la carte de membre du Club Dorothée (héritage du temps où il s’occupait du fan-club de la chanteuse Sylvie Vartan) qui permet de gagner des cadeaux aux jeux de l’émission. Et de voir son nom défilé dans le générique de fin… que l’on guettait même quand on n’était pas membre…

Une émission pourvoyeuse de dessins animés cultes

Pour les puristes amateurs d’animation japonais, le Club Dorothée a contribué à donner une mauvaise image aux mangas et aux dessins animés japonais. Pour le plus grand nombre, l’émission nous a fait redécouvrir les dessins animés déjà diffusées dans d’autres émissions comme Goldorak, Candy, Les Minipouss, Gigi, Capitaine Flam, Creamy… Mais le Club Dorothée, ce sont aussi des dizaines de dessins animés encore cultes aujourd’hui comme Dragon Ball (Z Z), Les Chevaliers du Zodiaque, Nicky Larson, Juliette je t’aime, Ranma 1/2, …

Mais très vite, le Club Dorothée est attaqué de toute part. Certains lui reprochent d’abêtir les enfants, d’autres plus nombreux la violence des dessins animés. Il est vrai que l’achat de dessins animés se faisait par paquet et que des programmes comme Ken le survivant ou Nicky Larson, qui n’avaient rien à faire dans une émission pour enfants, s’y retrouvaient de fait. Pourtant, malgré les attaques (venant par exemple d’une certaine Ségolène Royal), l’émission a conservé ses fans jusqu’au bout, même si, au fil des années, l’audience s’est naturellement effritée.

A écouter aussi : Les voix de Nicky Larson et Picollo (Dragon Ball) dans La loi des séries

Des séries, des héros et des sitcoms

En 10 ans d’existence, le Club Dorothée a mis à l’antenne des séries de tous horizons : des américaines comme 21 Jump Street, Alerte à Malibu, Arnold et Willy, Ici Bébé, Cap Danger, Parker Lewis, Huit ça suffit, Power Rangers… et même une anglaise, méga culte, Doctor Who ; des japonaises comme Bioman, Liveman, Flashman, Giraya, Spielvan

Mais ce qui a fait la renommée (ou pas d’ailleurs) du Club Dorothée, ce sont ses sitcoms produites par AB Productions. Destinées à un jeune public et très éloignées de leurs homologues américaines, les sitcoms AB fédèrent un nombre colossal de téléspectateurs, jusqu’à 6 millions en access prime time chaque soir pour Hélène et les garçons qui devient très vite un vrai phénomène de société.
On peut citer aussi Salut les musclés, Premiers baisers, Les filles d’à côté, Le miel et les abeilles, Les garçons de la plage, L’un contre l’autre, et bien entendu Pas de pitié pour les croissants !

Outre Dorothée, l’autre star de l’émission devient vite Hélène. Portée par le carton de sa série, mais aussi de ses disques, elle devient l’autre icône de l’émission, se produit à Bercy, enregistre des albums et se retrouve emportée dans un tourbillon qui la poussera à quitter la suite d’Hélène et les garçons, Le miracle de l’amour.

D’autres stars de séries AB lui emboîteront le pas comme Christophe Rippert, Mallory Nataf, Manuela Lopez, Anthony Dupray, mais aucune n’aura le même succès qu’elle, au point que 25 ans plus tard, elle est toujours à l’antenne avec son personnage et qu’elle se produit toujours sur scène, à l’Olympia, devant un public toujours acquis à sa cause.

Citons tout de même Les musclés qui ont su traverser les années Dorothée avec succès et devenir aussi culte que Dorothée. Grâce à leur série Salut les musclés et La croisière Foll’Amour, mais aussi leurs chansons à double sens que les enfants ne comprenaient pas … !!

L’émission se termine mais le culte commence

Après 10 ans, le Club Dorothée s’arrête le 31 août 1997 (il y a tout juste 20 ans). Officiellement, faute d’audiences. S’il est vrai que l’audience a baissé, il faut aussi souligner que TF1 n’a que moyennement apprécié qu’AB lance son propre bouquet satellite, qu’elle a vu comme une concurrence directe.

En guise de fin, la chaîne fait le strict minimum et fait un beau bras d’honneur aux millions d’enfants qui l’ont suivie en ne leur donnant qu’une simple émission best of en fin d’été.

Pourtant, malgré la baisse d’audiences de l’émission, elle deviendra très vite culte. Bannis un temps de la télévision, les dessins animés révélés par le Club Do reviennent sur des chaînes branchées comme MCM et les séries AB servent de quotas aux chaînes de la TNT.

On n’a que trop peu revu Dorothée à la télévision depuis l’arrêt de l’émission. Mais dire qu’elle est à l’origine de la vocation de bons nombres de journalistes ou animateurs (comme l’auteur de ces lignes) est un doux euphémisme. S’il fut un temps, on n’osait pas dire qu’on regardait l’émission, aujourd’hui, on le crie haut et fort.