Une voiture a foncé dans la foule ce samedi 13 août à Charlottesville (Etat de Virginie) après qu’un rassemblement de suprématistes blancs, comprenant entre autres des membres du Ku Klux Klan et des néo-nazis, ait résulté en un conflit contre des militants antiracistes. 

On dénombre pour l’instant un mort et dix-neuf blessés. Ces violences ont résulté d’un affrontement entre des militants d’extrême-droite et des antiracistes ; les militants avaient déjà commencé leur rassemblement lorsque des contre-manifestants sont venus sur les lieux.

Dans ce climat de forte tension, les autorités ont décidé d’interdire la manifestation et déclaré l’état d’urgence, dans la mesure où certains des militants identitaires arboraient ouvertement des armes à feu. Des coups de bâton et des projectiles avaient par ailleurs été échangés entre les deux camps, causant une quinzaine de blessés.

Des nationalistes blancs tenant des drapeaux confédérés, symbole de l’esclavagisme des Noirs aux Etats-Unis, et des signes néo-nazis, font face à des contre-militants. (crédits: CHIP SOMODEVILLA/GETTY IMAGES)

 

Après que les opposants aient été dispersés par la police, une voiture a été filmée en train de foncer dans la foule, causant au moins un mort et dix-neuf blessés. La vidéo montre le véhicule percutant une autre voiture par l’arrière, puis repartir en marche arrière au milieu des manifestants. Plusieurs témoins affirment que les victimes étaient des contre-manifestants, venus faire face aux militants identitaires.

Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

 

Une journaliste de l’AFP présente sur les lieux a recueilli quelques déclarations : « On marchait dans la rue quand une voiture, une berline noire ou grise, nous a foncé dessus, elle a percuté tout le monde. Puis elle a reculé et nous a encore heurtés. Il y avait une fille derrière qui essayait de se relever », a relaté un témoin. « Je pense qu’il y a une dizaine de blessés. Une fille au sol a été mutilée. C’était volontaire, ils ont fait exprès de reculer ».

Un étudiant du nom de Robert Armengol, qui couvrait les événements pour les besoins d’un podcast, raconte au New York Times « ne jamais avoir rien vu d’aussi effrayant de sa vie. [C’était] le chaos. La voiture a fait marche arrière et a accéléré, et tous ceux qui remontaient la rue dans ma direction ont commencé à courir ».

Le chauffeur du véhicule a été arrêté et incarcéré. Le président Donald Trump et la Première Dame ont fortement condamné ces actes.

Crédits image de une: Newsplex