Les OGM font largement débat non-seulement en France mais également partout dans le monde. Piqûre de rappel sur ce que sont les OGM, et ce que leur consommation implique.

 

Qu’est-ce qu’un OGM ?

OGM est l’abréviation d’Organisme Génétiquement Modifié. Leur définition officielle est contenue dans la directive européenne 2001/18. Les OGM désignent des êtres vivants (le plus souvent végétaux) dont le génome, c’est-à-dire l’ADN, a été modifié de manière artificielle en laboratoire. Le but ? Donner de nouvelles caractéristiques aux organismes vivants.
Un OGM est obtenu par une technique appelée la transgénèse, qui consiste à transférer un gène d’une espèce vers une autre sans passer par la reproduction naturelle.

Où puis-je trouver des OGM dans mon assiette ?

L’exemple le plus connu est celui de la tomate FLAVR/SAVR, une variété génétiquement modifiée pour mieux se conserver dans le temps et être plus grosse que les tomates « sauvages ». La FLAVR/SAVR est le premier OGM a avoir été commercialisé, en 1994.

De plus, la France importe des millions de tonnes de soja transgénique chaque année, conformément à la législation européenne. Ce soja sert essentiellement à nourrir les animaux d’élevage, qui eux finissent bien dans nos assiettes.

Pour identifier les produits OGM dans les rayons des supermarchés, le site infogm.org a publié un guide de l’étiquetage appliqué en France.

La FLAVR/SAVR se conserve plus longtemps que les autres tomates / Crédit : http://flavrsavrgmo.blogspot.fr

Quelle est la législation en vigueur ?

C’est la législation européenne qui est actuellement en vigueur en France et prime sur le droit national. L’Union européenne n’autorise actuellement la culture que d’une seule variété de maïs, qui est cependant interdite en France depuis 2008. En revanche, plus d’une cinquantaine d’OGM sont autorisés à l’importation sur le marché européen.

Le 27 janvier 2017, les Etats membres de l’Union européenne se sont réunis pour discuter de l’autorisation de cultivation de deux nouvelles variétés de maïs génétiquement modifiés. La France a maintenu sa position habituelle, rejetant fermement la proposition.

Quel est concrètement le danger pour la santé ?

La seule information absolument certaine, c’est que le débat fait toujours rage. On recense de nombreuses études, les unes prétendant que les OGM présentent des risques sanitaires, et les autres, plus nombreuses, affirmant exactement l’inverse.

Les techniques employées sont encore assez hasardeuses, et une modification du code génétique d’être vivants peut avoir des effets inattendus. Les inquiétudes des premières études portent notamment sur la possible toxicité des OGM, leur caractère allergène, ou encore la résistance aux antibiotiques qui pourraient résulter de leur consommation.

Cependant, il est à noter qu’il existe un large consensus dans la communauté scientifique, selon lequel les OGM ne présentent pas de danger particulier par rapport aux cultures « traditionnelles ».

Crédit photo à la Une : revue-afrique.com