Invité ce matin sur la radio RMC, Manuel Valls s’est exprimé sur une possible modification du projet de la Loi Travail et notamment sur l’article 2. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, le Premier ministre a répondu aux déclarations de Michel Sapin, qui laissait entendre une possible modification de l’article 2.

Cacophonie dans l’exécutif. Entre lapsus et contradictions, le gouvernement semble bien loin de se comprendre. A l’image de la situation actuelle du pays, les ministres avancent puis reculent, se bloquent et foncent tête baissée dans la seconde d’après : plus le temps passe et plus les problèmes grandissent au coeur de la machine politique du pays. Dernier couac du gouvernement : Michel Sapin et Manuel Valls ne semblent pas sur même longueur d’onde. Inquiétant pour deux ministres du même gouvernement. Alors que l’un laisse entendre une possible modification de l’article 2 mercredi sur la chaine télévisuelle LCP en déclarant que « peut-être qu’il faut toucher à l’article 2 », l’autre répond clairement « on ne touchera pas à l’article 2 » avant de continuer en précisant « on peut toujours améliorer tel ou tel aspect. Mais la philosophe dans l’article 2, la négociation dans l’entreprise, ça on n’y touchera pas ». Ambiance.

70% des français contre la Loi Travail

La Loi Travail aura réellement semé le désordre. Plus de 70% des français refusent le texte en l’état et demandent la suppression de la loi, tout simplement. Pour se faire entendre, des blocages gagnent le pays, des manifestations se répètent un peu partout dans toutes les grandes villes de France et l’avenir du pays semble devenir un peu plus incertain chaque jour. Allons-nous vers un blocage du pays ? Vers une pénurie de carburant généralisée à la France entière ? Vers une diminution de la distribution d’électricité ? Personne ne le sait vraiment et le gouvernement ne semble pas plus éclairé que la population française.

« Il faut que le texte soit maintenu« 

Michel Sapin, ministre des Finances, laissait entendre une possible modification de l’article 2 mais Manuel Valls l’a aussitôt recadré, sur la Radio RMC, ce jeudi matin. Le Premier ministre avoue qu’il reste vague sur l’avenir du texte « tout simplement parce que le texte vient d’être adopté à l’Assemblée nationale et est déjà le fruit du compromis avec les syndicats réformistes et les parlementaires. Il va falloir réécrire le texte quand il va revenir du Sénat, ce qui ne se fera qu’à la fin du mois de juin » note-t-il. Alors quel avenir pour le texte? Quoi qu’il arrive, Manuel Valls reste très ferme en déclarant :« je suis toujours ouvert quand il faut améliorer tel ou tel aspect mais, en revanche, sur les grandes lignes du texte et notamment sur l’article 2, il n’est pas question d’y toucher. Il faut que le texte soit maintenu, il ne faut pas céder à la volonté de faire plier le gouvernement en bloquant l’économie » toujours sur la radio RMC.

Tout le problème du gouvernement : le manque d’autorité du Président de la république. Peut-être qu’avec un chef fort et décisionnaire, la situation serait légèrement plus simple. Au moins, le spectacle est assuré par le gouvernement qui ne cesse de se contredire. Une situation presque risible, en d’autres temps.

A voir aussi :

L’interview de Manuel Valls sur RMC

*Crédit photo à la Une : bfmtv.com