Le Festival de Cannes bat son plein. En 70 éditions les Palmes d’Or ont peu ou prou laissé une trace dans l’histoire. Retour sur cinq d’entre elles.

Difficile de choisir 5 Palmes d’Or parmi toutes celles qui ont marqué de leur empreinte l’Histoire du Cinéma. L’histoire du Festival de Cannes regorge de chefs-d’œuvre, récompensés ou non et si notre choix s’est porté sur trois films américains et deux films français, c’est pour leurs incontestables qualités artistiques mais également pour leurs caractères singuliers et la trace qu’ils ont laissés sur le public. Claude Lelouch, Francis Ford Coppola, Steven Soderbergh, Quentin Tarantino et Abdellatif Kechiche, il y a pire comme générique.

Un Homme et une Femme (1966)

Réalisé par Claude Lelouch

Avec: Anouk Aimée, Jean-Louis Trintignant

 

Mais c’est quoi déjà… Un Homme et une Femme ? Une script-girl inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur, rencontre à Deauville un coureur automobile dont la femme s’est suicidée par désespoir. Ils s’aiment, se repoussent, se retrouvent et s’aiment encore 

Un couple mythique sur une musique intemporelle pour une histoire d’amour bouleversante et la mise en orbite de Claude Lelouch dans le cinéma mondial.  Une Palme d’or incontestable suivie d’un Oscar pour une œuvre romantique, à la fois tendre et lyrique. Un culte qui fredonne Chabadabada pour l’éternité!

Apocalypse Now (1979)

Réalisé par Francis Ford Coppola

Avec Martin Sheen, Marlon Brando

Mais c’est quoi déjà… Apocalypse Now ? Cloîtré dans une chambre d’hôtel de Saïgon, le jeune capitaine Willard, mal rasé et imbibé d’alcool, est sorti de sa prostration par une convocation de l’état-major américain. Le général Corman lui confie une mission qui doit rester secrète : éliminer le colonel Kurtz, un militaire aux méthodes quelque peu expéditives et qui sévit au-delà de la frontière cambodgienne. 

2ème Palme d’Or pour Coppola après Conversation Secrète en 1974. Un tournage titanesque dont la démesure l’a fait entrer dans l’histoire avant même sa présentation publique. Des images mythiques et iconiques, un voyage initiatique et philosophique et Brando fidèle à sa légende embrase la pellicule. Chef-d’œuvre impérissable.

Sexe Mensonges et Vidéo (1989)

Réalisé par Steven Soderbergh

Avec James Spader, Andie Mcdowell…

Mais c’est quoi déjà… Sexe Mensonges et Vidéo ? Graham Dalton collectionne les interviews video de femmes qui racontent sans embages leur vie sexuelle. De retour dans sa ville natale il retrouve un ancien copain de fac qui a « réussi » et sa femme. Cette rencontre va avoir pour tous des consequences surprenantes. 

Premier film et Palme d’Or d’emblée pour le prodige Steven Soderbergh avec Sexe, mensonges et vidéo qui fait souffler un vent de fraîcheur sur le cinéma mondial. Un miracle atmosphérique de légèreté et de gravité, une ambiance nouvelle, à nulle autre pareille et un quatuor qui emmène le film sur les sommets: James Spader, Andie McDowell, Laura San Giacomo et Peter Gallagher. Un film qui imposera un auteur au sens noble du terme.
Pulp Fiction (1994)

Réalisé par Quentin Tarantino

Avec: John Travolta, Samuel L. Jackson, Uma Thurman…

Mais c’est quoi déjà… Pulp Fiction ? L’odyssée sanglante et burlesque de petits malfrats dans la jungle de Hollywood à travers trois histoires qui s’entremêlent. 

Une claque d’une ampleur telle que le cinéma ne s’en est jamais vraiment remis. Après un Reservoir Dogs qui donnait une idée du potentiel de Quentin Tarantino, Pulp Fiction crée un appel d’air tonitruant au milieu des années 90. Un film qui irradie du plaisir de faire du cinéma et de donner du plaisir aux spectateurs, jubilatoire et enlevé, euphorisant et magique. Et le come-back phénoménal de John Travolta dans l’échiquier du cinéma mondial. Tarantino signe une Palme D’Or intemporelle qui enchaine les scènes cultes et les prestations éblouissantes. Rien moins qu’une bombe thermonucléaire.

La Vie d’Adèle Chapitres 1 & 2 (2013)

Réalisé par Abdellatif Kechiche

Avec: Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux…

Mais c’est quoi déjà… La Vie d’Adèle ? À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

Un film qui raisonne des pulsations de la vie trois heures durant. Beau comme l’amour, tragique et fort comme la vie, un film immense qui révéla au grand jour le talent étourdissant et la nature emballante d’Adèle Exarchopoulos et confirma que Léa Seydoux n’était pas juste bien née. Une Palme d’Or qui déborde de tendresse, de sensualité, de liberté et d’humanité qui vous renverse émotionnellement et vous emporte sur des cimes rarement atteintes. vous transporte, vous enivre et vous séduit. Un film naturaliste et profondément de son époque bien loin des polémiques stériles qui escortèrent sa présentation cannoise.

A lire aussi : Festival de Cannes : Netflix en lice pour la Palme d’Or et ça ne plaît pas à tout le monde