Money, money, money.

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) vient de voter, ce mardi à Zurich (Suisse), le passage à 48 pays participants à partir de la Coupe du monde 2026. Les trente-trois votants ont décidé d’approuver à l’unanimité la formule de seize groupes de trois équipes pour les phases de poule.

Traduction : « Le Conseil de la FIFA a décidé à l’unanimité sur une Coupe du monde à 48 équipes à partir de 2026 : 16 groupes de 3 équipes. Détails à suivre après la réunion. »

Cette réforme proposée par le nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, a été vivement critiquée par une majeure partie du monde du foot. Mais l’instance n’en à que faire des sceptiques tant les perspectives en terme d’exposition peuvent s’accroître. Et qui dit plus grande exposition dit revenus supplémentaires. Imaginez une seule seconde ce que pourrait rapporter en droits télé la participation de deux pays comme la Chine et l’Inde (2,6 milliards d’habitants à elles deux).

Après le scandale de la Coupe du monde accordée au Qatar en 2022, en voilà un autre. Visiblement, la FIFA n’a toujours pas compris que l’appât du gain pouvait lui être fortement préjudiciable au niveau de l’image qu’elle renvoie dans le monde.