D’après le Wall Street Journal, Facebook pourrait proposer d’ici la fin de l’année une formule d’abonnement payant qui permettrait de lire certains contenus sur sa plateforme. Une décision qui ferait suite aux critiques de plusieurs médias et au départ de plusieurs de ses partenaires.

Facebook l’a bien compris, nombre de ses utilisateurs se rendent sur son site pour s’informer (35% des utilisateurs d’après une étude réalisée par le Reuters Institute). Cette fonctionnalité concerne plus précisément les Instant Articles, ces articles que les médias hébergent directement sur la plateforme. La firme américaine devrait toutefois opter pour une mise en place progressive ; l’utilisateur aura d’abord accès à plusieurs articles gratuitement, chaque mois, avant de se voir proposer un abonnement payant, à l’image de certains sites internet comme « Le Parisien » ou « L’Express ». Une décision toutefois étonnante, puisque Facebook a toujours revendiqué sa gratuité comme l’un des principes majeurs de sa politique.

 

La page d'accueil de Facebook met en avant depuis ses débuts la gratuité de sa plateforme.

La page d’accueil de Facebook met en avant depuis ses débuts la gratuité de sa plateforme.

L’instant Articles a fait fuir les médias partenaires

À l’origine de cette initiative, les critiques formulées par plusieurs médias, qui sont nombreux à avoir rompu leur partenariat avec le réseau social américain. Lancé en novembre 2015 en France, l’Instant Articles avaient pour but d’intégrer les articles des grands médias directement sur Facebook, afin d’accélérer leur temps de chargement. Mais ce nouveau système a rapidement été critiqué par les médias partenaires, qui pointent du doigt un manque de flexibilité, notamment au niveau de l’espace publicitaire qu’ils jugent insuffisant. Ils craignent également que ce nouveau système les éloigne de leurs lecteurs.

Contacté par le Wall Street Journal, Facebook n’a toutefois pas confirmé la mise en place de ce projet. « Nous essayons de trouver le meilleur moyen pour que Facebook apporte une valeur ajoutée à nos partenaires ».

À lire aussi: Tendance: « Je sais tout de toi » sur Instagram… Vraiment ?