Alors que la 4G est encore en plein déploiement, les opérateurs planchent déjà sur sa remplaçante : la 5G.

Orange a annoncé, au début du mois, s’être associée à Ericsson pour initier les premiers tests d’un réseau 5G en France. Niveau matériel aussi, on s’attelle à la tâche. Hier, Qualcomm présentait son premier modem 5G pour smartphone.

La commercialisation n’est pas attendue avant 2020, mais tous annoncent déjà une révolution. Alors, qu’est-ce qui va concrètement changer pour nous avec le développement de ce nouveau réseau ?

Des smartphones moins chers ?

Le premier point qui nous intéresse tous est l’incidence de ce nouveau réseau sur le prix des smartphones. Le directeur de la recherche d’Orange nous l’explique : « On va revenir à des récepteurs plus simples, aussi simples que ceux de la 2G. Ils feront baisser le prix des smartphones et pourront être embarqués sur davantage d’objets connectés. »

Cependant, ces affirmations sont à relativiser. Certes, les chipsets pour les objets connectés seront moins coûteux et peu consommateurs d’énergie, mais ils ne seront pas destinés aux smartphones dont le coût vient essentiellement des capacités de traitement graphique, de la quantité de mémoire embarquée (RAM) et de la résolution de l’écran.

De plus, ces éléments ne sont pas nécessaires aux objets connectés qui, par nature, sont dépourvus d’écrans, n’intègrent pas de capacité de traitement graphique et n’ont besoin que de très peu de mémoire. De même, leur modem bas débit (cat M) est beaucoup moins coûteux qu’un modem de smartphone pour faire la 4K en ligne (cat 16).

Une rapidité 30 fois supérieure à la 4G ?

« La 5G, c’est la promesse d’un débit à 1 Gbt/s mais aussi d’une multiplication du trafic par 1000 sous l’effet de la généralisation des vidéo très haute définition. » L’ère de la 5G, ce serait donc l’assurance d’un réseau encore plus rapide que ceux auxquels on a déjà accès. On parle d’une rapidité 30 fois supérieure à la 4G. Vidéo très haute définition et réalité virtuelle seraient alors monnaie courante.

Objets connectés partout, tout le temps ?

Au delà des smartphones, les développeurs entendent démocratiser l’internet des objets. C’est d’ailleurs leur première cible et, dit-on, le moteur du déploiement de ce nouveau réseau. Jusqu’à présent, les débits sont trop faibles et trop lents pour permettre une connexion en temps réel avec l’objet qui est mobile. Avec la 5G, une nouvelle technologie est développée. Elle permettrait de forcer l’onde radio à se refocaliser instantanément sur le point d’émission : l’objet connecté.

Dinh-Thuy Plan Huy, qui dirige le projet cofinancé par Orange et l’ANFR (Agence Nationale des fréquences), l’atteste : « Nous sommes les seuls à avoir réussi à faire fonctionner ces innovations à 300 km/h ». Mais là encore, il convient d’être prudent par rapport à cette affirmation; il semblerait que les premiers à avoir réussi des tests à plus de 300 km/h soient les Coréens et non nos compatriotes d’Orange.

Distribution intelligente, débit optimisé

Avec le réseau 5G, les antennes intelligentes voient le jour. Enfin, pas tout à fait puisque le beamfoaming existait déjà en Wifi et en 4G+. Jusqu’à présent, les antennes émettent des ondes radio dans toutes les directions. Ceci permet à tout le monde de rester connecter. Mais cela entraîne une grande perte d’énergie.

Les nouvelles antennes intelligentes ciblent les objets connectés. Les émissions superflues sont supprimées. L’onde traversée par chaque objet est plus puissante, l’énergie conservée.

Dinh-Thuy Plan Huy en fait la démonstration en vidéo

 

 

À lire aussi : 10 raisons de détester iOS 10