HyperLink, votre concentré de pop culture tout en bulles et en pixels ! Avec ce festival vidéoludique printanier, l’industrie du jeu vidéo japonais abat-elle sa dernière carte ou sortirait-elle enfin de son grand sommeil ?

La News Box

> Warner Bros élargit l’univers de Matrix au cinéma
> Sony persiste et signe : Venom aura son film en 2018
> Masaaki Yuasa ressuscite Devilman sur Netflix
> Microsoft pense de nouveaux outils vidéoludiques pour les handicapés
> Eureka Seven revient dans une trilogie de longs-métrages
> Les équipes de Lastman en conférence à la convention Jonetsu

Critiques : The Lost City of Z et NieR: Automata

Après avoir cédé à l’appel de la philosophie dans le dernier épisode, nous basculons cette semaine dans l’Histoire : Sébastien s’est penché sur The Lost City of Z, biopic signé James Gray (Little Odessa, La Nuit nous appartient). Envoyé dans la jungle amazonienne pour tracer la frontière entre le Brésil et le Chili, l’explorateur Percy Fawcett découvre des traces d’une cité ancienne. Mais de retour en Angleterre, il se heurte aux préjugés de ses concitoyens : l’Europe coloniale est-elle prête à reconnaître l’existence d’autres civilisations ? Entre aventures contrariées et biopic académique, James Gray déconstruit les codes du cinéma exotique et la notion même de civilisation à la veille d’une guerre dont le vieux continent ne s’est jamais vraiment relevé.

Bien décidés à tester les limites de la civilisation, nous basculons dans le futur dystopique de NieR: Automata, exceptionnellement chroniqué par notre Amaury national ! Plusieurs millénaires après les évènements de NieR, une attaque extra-terrestre a forcé les humains à se réfugier sur la Lune. Dans l’espoir de reconquérir la Terre, ces derniers y envoient des androïdes de combat nommés YoRHa. Parmi eux 2B et 9S, duo de circonstance que le joueur va incarner pour redorer le blason de l’humanité. Jonglant élégamment entre les genres (action-RPG, beat-them-all, et même shoot-them-up), NieR Automata s’enrichit du savoir-faire de PlatinumGames et corrige (presque) tous les défauts de gameplay qui plombaient l’excellence de son aîné. Libéré, délivré, Yoko Taro s’installe définitivement en nouveau trublion-en-chef du jeu vidéo japonais.

Débat : Le jeu vidéo japonais, embellie passagère ou renaissance ?

Après avoir perdu pied sur la dernière génération de consoles, le Japon semble plus que jamais déterminé à rattraper son retard. En ce début d’année 2017, l’archipel fait son Sacre du printemps avec une flopée de titres très bien accueillis aussi bien par la critique que par le public : les regains inespérés de Resident Evil 7 et Tales of Berseria, les arlésiennes Breath of the Wild et Nioh, les surprises NieR Automata et Yakuza 0… Et l’année est loin d’être terminée ! Nous attendent encore au tournant Persona 5, Dragon Quest XI, Kingdom Hearts IIIFinal Fantasy VII Remake, Tekken 7 et, clou du spectacle, Super Mario Odyssey

Ce chapelet de grands titres peut-il donner tort à ceux qui prédisaient un déclin inéluctable du jeu vidéo japonais ?

La Playlist de la semaine (cliquer pour dérouler)

Pauses musicales

Chuck Berry – Johnny B. Goode
Keiichi Okabe – Song of the Ancients / Hollow Dreams (NieR)
Junior Senior – Move Your Feet

Blind Test : Sur un air printaNieR

Minako Adachi – Temple of Seasons (The Legend of Zelda: Oracle of Seasons)
Nujabes feat. MINMI – Shiki no Uta (Song of the Four Seasons) (Samurai Champloo)
Shoji Meguro – Changing Seasons (Persona 3)
Masami Ueda – Title Theme (Okami)
Antonio Lucio Vivaldi – Les Quatre Saisons (Le Printemps)

HyperLink vous donne rendez-vous tous les dimanche à 15h sur Radio VL. Sans plus attendre, retrouvez également les coulisses du programme et d’autres surprises sur FacebookTwitter et Twitch !

Visuels : SEGA, Plan B Entertainment, Amazon Studios, Square Enix