Le président des Etats-Unis fraichement élu a accordé sa première interview télévisée à la chaîne CBS, diffusée dans l’émission « 60 minutes » du 13 novembre. Retour sur ses propos, qui diffèrent parfois du programme annoncé.

Le mur à la frontière mexicaine

Pendant cette interview, Donald Trump a réitéré sa volonté de construire un mur à la frontière américano-mexicaine. Cependant, il a nuancé ses propos en annonçant que ce mur pourrait prendre la forme de « barrières » à certains endroits.

A lire aussi : Donald Trump : les 5 points marquants de son programme 

L’expulsion des immigrés clandestins 

Le futur président est également revenu sur son projet d’expulser tous les sans-papiers présents sur le territoire. Il a réduit cette proposition aux sans-papiers possédant un casier judiciaire, faisant notamment référence aux « membres de gangs et dealers de drogue ». Le nombre de personnes concerné s’élève à deux ou trois millions de personnes, selon le nouveau président.

La nomination d’un juge à la Cour Suprême

Le milliardaire a renouvelé sa volonté de nommer un juge pro-avortement. Il veut que la décision d’interdire ou non l’avortement revienne aux Etats. Il souhaite également que le juge nommé soit pro-second amendement, autrement dit pro-armes. Le gagnant de la course à la Maison Blanche est membre à vie de la National Rifle Association (NRA), lobby très puissant aux Etats-Unis qui prône l’utilisation d’armes à feu.

Des poursuites contre Hillary Clinton pour l’affaire des emails

Interrogé par la journaliste sur le sujet, Donald Trump a déclaré qu’il réfléchira à poursuivre sa concurrente démocrate, même s’il a précisé qu’il préférait se concentrer sur l’emploi, la sécurité sociale, l’immigration et les frontières. Il a rajouté qu’il ne « souhaitait pas faire de mal » aux Clinton.

Le salaire présidentiel

Donald Trump a annoncé qu’il renoncerait au salaire présidentiel, qui s’élève à 400 000 dollars par an. A la place, il percevra juste un dollar symbolique. Sa fortune ayant été estimée, début octobre, à 3,7 milliards de dollars par le magazine Forbes, ce qui lui assure déjà un salaire annuel très confortable.

A lire aussi : Victoire de Trump : top tweet des réactions de nos politiques