Par Boris Ehrgott.

Le “conseiller des princes” de la Vème République est l’invité des “Enfants de la Politique”, le premier talkshow politique pour et par les jeunes, avec Radio VL (1er media jeune de France) et le HuffPost.

Quand Jacques Attali prédit en 2015 que “le prochain président de la République sera un inconnu”, pense-t-il à Emmanuel Macron?

Avant d’avoir 39 ans, Emmanuel Macron en a eu 29… En 2007, Attali le nomme rapporteur de la commission qu’il préside. Réunie au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy dans le but de « libérer la croissance française”, elle émet 300 propositions. 7 d’entre elles figurent dans le programme économique du nouveau président. D’ailleurs, la mobilité géographique, la réduction du coût du travail et l’ouverture des professions réglementées à la concurrence figuraient déjà dans la loi Macron. Selon “le mentor”, si ces réformes veulent voir le jour, elles doivent être mises en oeuvre au cours des 100 premiers jours de la Présidence.

La première qualité d’un homme d’Etat, c’est l’optimisme. Macron n’en manque pas. Il considère à l’instar de Jacques Attali que l’Hexagone porte en lui tous les germes de la réussite.

Le chômage est l’origine de tous les maux, en particulier chez les jeunes. La rage s’exprime, la colère couve, et les promoteurs de la révolution séduisent les plus jeunes électeurs. Pourtant, toutes les solutions n’ont pas été encore épuisées. Les recours existent, la France pourrait s’avérer le laboratoire social de mesures innovantes, qui prendraient le contre-pied de celles mises en oeuvre jusqu’ici. Jacques Attali, très préoccupé par la question de l’emploi, à titre public et aussi personnel à travers la fondation qu’il préside (cf. positiveplanete.com), insiste sur la valorisation des demandeurs d’emploi, en accentuant notamment les efforts en direction de la formation, la clef de l’épanouissement individuel, selon lui.


En d’autres temps, le grand Talleyrand, un autre conseiller des rois, ne proclamait-il pas qu’“on ne croit qu’en ceux qui croient en eux”? L’enjeu est de bâtir une société et une économie qui puisse faire éclore les talents de chacun.