Le Parlement japonais a voté ce vendredi une loi qui permettra à l’empereur de 83 ans de quitter son trône. Il pourra ainsi laisser le pouvoir à son fils aîné.

 

Âgé de 83 ans, l’empereur Akihito peut désormais être un peu plus serein quant à son avenir. Il y a moins d’un an, il avait publiquement exprimé ses craintes. En raison de son âge, ce dernier se voyait mal assumer les nombreuses tâches que son rang impose.

 

Une décision historique pour le Japon

Après cette déclaration publique, c’est tout le pays qui s’était enflammé au sujet de cette figure populaire au Japon. Procédure inhabituelle pour un empereur, une abdication nécessitait une loi inédite. Un texte avait d’ailleurs été soumis par le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe. Après avoir été voté par la Chambre basse la semaine dernière, le texte a été définitivement adopté par le Sénat ce vendredi.

La nouvelle loi permettra donc à Akihito de renoncer à ses fonctions dès fin 2018. L’empereur pourra du coup céder la place à son fils aîné, le prince Naruhito. Ce dernier héritera alors du trône du Chrysanthème début 2019, après trois décennies d’un règne baptisé Heisei, qui signifie « parachèvement de la paix ».

Il s’agira donc d’une nouvelle période de règne pour le Japon à laquelle il faudra lui trouver un autre surnom. Quant à l’empereur Akihito, il sera officiellement considéré comme « empereur retraité », de même que sa femme.

 

Akihito ou la fin d’une époque

En attendant cette passation de pouvoir, l’empereur Akihito a encore quelques mois pour profiter de son rang. Une dernière occasion pour lui de tester sa popularité à travers le pays. Depuis qu’il est au pouvoir, l’empereur s’est toujours efforcé de se rapprocher des citoyens japonais. Il jouit pour cela d’une immense cote de sympathie et de respect.

125e empereur du Japon, il avait accédé à cette fonction suprême en 1990, après la mort de son père, l’empereur Showa (ou Hirohito). Reconnu pour sa volonté de moderniser la fonction impériale, Akihito se démarque par sa volonté de réconcilier le Japon avec son histoire.

En 2015, à l’occasion des 70 ans de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Akihito exprime « de profonds remords » pour les actes du Japon et rejette à part entière le nationalisme de cette période.

Enfin, l’empereur de 83 ans reste dans les mémoires pour son intervention publique à la télévision japonaise en 2011. Venu s’adresser aux Japonais après le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du pays, c’est la première fois que l’empereur du Japon apparaît pour une allocution concernant autre chose qu’une cérémonie officielle.

 

 

A lire aussi >> Japon : élection d’un homme transgenre pour la première fois au monde