En ce mois de septembre pendant lequel chacun s’applique à faire le deuil de son été, c’est notamment par une mise à jour sur l’actualité que la plupart débute la thérapie. Les médias sont les acteurs principaux de cette reprise de rythme, retrouvant leur audience rituelle, comme cela a été le cas pour On est pas couché ce Samedi 27 août. Mais loin de se limiter à la télévision, cette redynamisation s’étend au web et ce dans des formats très variés.  Mais c’est justement en se réappropriant les codes télévisuels que Le Fil d’actu participe au débat public. A travers ses pastilles hebdomadaires de 10 minutes, ce média-activiste est soucieux de fournir une information alternative qui prend le contrepied du trop fameux journal télévisé, et fait de son journal le lieu d’expression de son engagement politique et citoyen. Critique envers le système politique actuel et ses implications sociales, il entame ce soir sa deuxième saison, à la satisfaction de ses web-spectateurs.

La genèse du Fil d’actu

Tatiana Jarzabek est l’instigatrice de ce JT. Avec toute la pédagogie que lui permet sa formation (elle est entre autre détentrice d’un capes), elle aspire à fonder un média alternatif et citoyen, à donner un son de cloche différent du sempiternel JT. Elle s’inscrit dans la mouvance de Nuit Debout, dans son ambition de rafraichir la vie publique et de responsabiliser les citoyens en leur donnant les moyens d’agir.

À lire  aussi : Facebook tente des « expériences psychologiques »

Le Fil partage d’ailleurs ses combats, en soutenant le #onvautmieuxqueça (qui a trait à la loi travail et au monde qu’elle préfigure). En ce sens, l’information peut devenir une arme, une clef qui ouvre la salle de décision. C’est d’ailleurs ce phénomène -Nuit Debout- qui accompagne le succès de l’émission et lui confère sa portée. Ils partagent donc une conception de l’engagement et de l’action directe, tout en servant de chambres d’échos réciproques.

Un complément à l’information télévisuelle

Toujours dans cette idée, le média a à cœur d’éclairer les zones d’ombre laissées par la télévision tout en se réappropriant ses codes : une présentatrice-narratrice, des images à l’appui des propos, … La complexité du système de santé étant par exemple souvent évoquée mais rarement expliquée, le web-JT propose son analyse tout en adoptant un point de vue critique qui contraste avec le message lisse et souvent réducteur du JT télévisé.

À lire  aussi : YouTube intégrera bientôt un réseau social similaire à Facebook

Équipés de matériel relativement rudimentaire, la petite troupe qui anime le Fil d’actu construit sa propre grille de lecture de l’actualité alors même qu’aucun des membres n’a de formation journalistique solide, ce qui donne sa dimension citoyenne au média. La citoyenneté est ici conçue comme une responsabilité, un militantisme impulsé par les mots et les reportages.

Fort de ses 80 000 spectateurs sur Facebook, ce Reverso citoyen compte bien mettre les choses en perspectives cette année, et nous verrons s’il parviendra à démontrer son efficacité pour traduire les multiples propagandes qu’annonce les élections de 2017, exhausteur du militantisme et de l’activisme.