Les jeux d’argent en ligne sont connus de tous, que l’on s’y prête ou non. Poker, paris sportifs, paris hippiques, jeux de grattage ou de tirage… Comment la France encadre-t-elle ce marché spécifique ? Latest Casino Bonuses l’explique.

Du simple divertissement à l’addiction, de l’excès à la fraude… Les dérives autour des jeux d’argent en ligne sont nombreux. Pour prévenir ces risques, la législation française se doit d’encadrer l’offre et la consommation de ces jeux.

Une licence pointilleuse

L’autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) est la seule en mesure de délivrer une licence. Tout opérateur, tel que PMU ou Winamax, doit obtenir une licence pour pouvoir offrir légalement des jeux d’argent en ligne aux consommateurs en France.

La licence ARJEL permet un contrôle optimal des autorités pour prévenir les activités frauduleuses ou criminelles. De plus, cette surveillance assure la fiabilité et la transparence des opérations de jeux.

Cependant, comme l’indique LCB, la loi empêche les opérateurs d’ouvrir leurs plateformes à des joueurs étrangers à la France. Aussi, rien n’interdit aux joueurs français d’aller sur des sites étrangers. Les opérateurs se retrouvent donc rapidement désavantagés.

La loi en faveur des joueurs

Les jeux portant la licence ARJEL sont soucieux de l’impact et de la tendance addictive que les jeux d’argent en ligne peuvent provoquer. Ainsi, ils permettent aux joueurs pratiquant avec excès d’obtenir de l’aide. Il leur est alors possible en France de faire remonter leurs demandes et plaintes à l’ARJEL. Chose impossible sur les sites sans licence.

Et parce qu’une vie entière n’est pas à l’abri des excès des joueurs pathologiques, l’ARJEL met également des dispositifs en place pour les populations vulnérables. Les mineurs sont interdits de jeu, des modérateurs de jeu doivent être proposés par les opérateurs… Et enfin, des numéros d’écoute et d’aide aux joueurs doivent être mis à disposition.