Un journaliste de NBC a mis Donald Trump face à ses propres mensonges hier, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, se vante d’avoir emporté une large victoire devant le collège électoral, avec 304 grands électeurs. Hier, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, il a répété une énième fois que cette victoire était la plus large depuis Ronald Reagan. Sauf que cette fois, le sulfureux républicain a été confronté à ses mensonges par Peter Alexander, un journaliste de la chaîne NBC, qui a remarqué que Bill Clinton (370 puis 379) et Barack Obama (365 puis 332), lors de leurs deux victoires, ont eu  tous les deux plus de voix que Donald Trump : « Bon, je parlais des républicains », a d’abord tenté de se justifier ce dernier.

Une technique qui aurait pu fonctionner, sauf que le journaliste n’a pas manqué de souligner que George H. W. Bush avait été élu en 1988 avec 426 grands électeurs. Donald Trump a tenté de noyer le poisson en assurant que cette information lui a été « donnée ». « Nous avons eu une grande, grande marge » a-t-il ensuite ajouté.

Curieux de la part d’un président qui n’a fait que critiquer les médias depuis le début de son mandat (et même avant) et qui les a clairement identifiés comme l’ennemi à abattre. Un fait que Peter Alexander n’a pas hésité à lui rappeler à travers la question suivante :

« Pourquoi les Américains devraient-ils vous croire, quand vous dites que les informations qu’ils reçoivent sont fausses, tout en donnant des informations incorrectes vous-mêmes ? » 

Ce à quoi Trump a répondu : « À vrai dire, on m’a donné cette information. À vrai dire, j’ai déjà vu cette information. Mais c’était une victoire très conséquente, vous êtes d’accord avec ça ? » « Vous êtes le président », lui a alors rétorqué le journaliste. «Ok, merci. Bonne réponse», l’a félicité le pensionnaire de la Maison Blanche, avant de passer une autre question sans s’attarder sur les mensonges qu’il a proférés.