Le ministre de l’Education Vincent Peillon a dévoilé ce jeudi une réforme concernant les ZEP (Zone d’Education Prioritaire). Cette réforme prendra effet à partir de la rentrée 2014. Dans un premier temps, une centaine de réseaux sont concernés avant une généralisation en 2015.

Elle devrait coûter autour de 350 millions d’euros, alors que l’Etat consacre déjà un milliard d’euros aux ZEP.

La réforme en dix points :

1. Une classe maternelle pour les moins de 3 ans créée dans chaque réseau d’éducation prioritaire.

2. Un professeur en plus dans chaque école qui travaillera à plein temps pour aider les élèves de CP et de CE 1 en difficulté.

3. Une journée continue en 6e : les élèves auront cours jusqu’à 16h30, sans trou dans leur emploi du temps, mais avec des séances d’aide individuelle.

4. Deux heures de tutorat par semaine au collège et l’accès pour les élèves, à la maison, à des cours et de l’aide en ligne.

5. Création d’un accueil des parents par les professeurs au collège, trente minutes avant le début des cours, chaque matin.

6. Développement d’internats de proximité dans les quartiers pour les collégiens.

7. 500 nouveaux assistants de prévention et de sécurité (en plus des 500 existants aujourd’hui) au collège, et création de postes d’infirmières à l’école.

8. Un temps de service en classe de seize heures trente au lieu de dix-huit heures pour les professeurs au collège et neuf jours par an de « décharge » pour les enseignants des écoles. L’objectif est de leur donner du temps pour mettre en place des projets d’équipe et des innovations pédagogiques.

9. Trois jours de formation continue obligatoire par an pour les professeurs des zones les plus difficiles.

10. Augmentation des indemnités touchées par les professeurs en zone d’éducation prioritaire. De 100 € par mois actuellement, certaines passeront à 300 € par mois. L’avancement de carrière sera aussi accéléré pour eux.