Le parti du Premier ministre sortant Benyamin Netanyahu, le Likoud, a largement remporté les élections législatives anticipées le mardi 17 mars, déjouant, à cette occasion tous les pronostics.

Ce matin, les journaux israéliens titraient sur le coude à coude entre le Likoud et l’Union Sioniste de Yitzhak Herzog. Il n’en est rien, Benyamin Netanyahu a réussi son pari et est en passe de rempiler pour un quatrième mandat à la tête du gouvernement de l’Etat hébreu, le troisième consécutif depuis 2009.

Reuven Rivlin, le président d’Israël a chargé le leader du parti de droite ainsi que celui des travaillistes de l’Union Sioniste de former un gouvernement d’union nationale. Si Yitzhak Herzog a, des hier soir, débuté les négociations avec les chefs des autres partis, excepté celui de droite nationaliste, il est fort probable que seul Netanyahu parviendra a rassembler 61 parlementaires sur 120, soit la majorité absolue à la Knesset.

Selon les résultats de la commission électorale après dépouillement de la quasi-totalité des bulletins, avec 23,26% des suffrages, le Likoud a remporté 29 sièges contre 18,73% pour la liste d’Herzog (soit 24 sièges), et le Premier ministre sortant s’est attelé, dès hier soir, à négocier avec les autres partis du centre, de droite et d’extrême droite.

Le Likoud en tête négocie avec les partis d’extrême droite et du centre.

S’il se donne deux à trois semaines pour former sa coalition, M.Netanyahu a pris contact avec le Foyer Juif de Naftali Bennett, le ministre de l’Economie. Ce parti nationaliste religieux a remporté seulement huit sièges, contre 12 il y a trois ans mais devrait, sauf surprise, s’allier au Likoud pour entrer au gouvernement.

De même, le parti du Premier ministre discute avec les deux partis ultra-orthodoxes du Shass de Yaakov Littman (sept sièges) et de la Liste unifiée pour la Torah d’Aryeh Deri (sept sièges également).

A l’instar de la coalition précédente, Benyamin Netanyahu souhaite que Israël Beitenou, le parti nationaliste du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, qui a remporté 6 sièges fasse partie de la majorité.

Enfin, alors que Moshe Kahlon, un ancien du Likoud et fondateur de Koulanou s’est entretenu avec le Premier ministre israélien dans le cadre d’une éventuelle participation au gouvernement, les dix sièges remportés ne seront d’aucune utilité pour le Likoud. En effet, ce parti, créé en novembre 2014 qui a principalement milité sur les questions sociale et économique ne constituera pas le renfort de poids espéré puisque Moshe Kahlon a précisé qu’il n’était pas prêt à participer à une coalition avec le chef du Likoud.

Tweet de Benyamin Netanyahu après sa victoire aux élections législatives du 17 mars 2015.

Tweet de Benyamin Netanyahu après sa victoire aux élections législatives du 17 mars 2015.

Netanyahu confiant concernant la formation d’un futur gouvernement.

Lors d’une visite symbolique au Kotel, le mur des Lamentations, un des lieux les plus sacrés du judaïsme à Jérusalem, Benyamin Netanyahu s’est engagé, le mercredi 18 mars, à tout faire pour assurer « prospérité et sécurité » au peuple d’Israël.

648x415_benjamin-netanyahu-prie-devant-mur-lamentations-a-jerusalem-18-mars-2015

Benyamin Netanyahu prie au mur des Lamentations le lendemain de sa victoire aux élections législatives du 17 mars 2015 (Thomas Coex AFP)

Fort de cette victoire aussi triomphale qu’inattendue, le Premier ministre sortant s’est dit « ému par la responsabilité » que les israéliens lui ont confié de nouveau et a ajouté qu’il fera « tout ce que (je) peux pour assurer prospérité et sécurité à tous les citoyens d’Israël et si D.ieu le veut, nous réussirons ».

Pendant que le chef de file de l’Union Sioniste, Yitzhak Herzog, a reconnu la victoire de Netanyahu et affirmé l’avoir félicité et « souhaité bonne chance », le chef du Likoud affirmait que cette victoire est un pied de nez à tous ceux qui espéraient sa défaite et le considéraient comme unhomme politique « fini ». Il visait notamment la France, la Grande-Bretagne, le Liban, l’Autorité palestinienne, ses opposants et les journaux.

Mardi soir, devant ses partisans en liesse à Tel Aviv, il affirmait déjà sa victoire « contre tous les pronostics » et promettait un « gouvernement fort et stable ».

Si la nomination du Premier ministre appartient au président de l’Etat d’Israël, Reuven Rivlin, son choix ne devrait pas se tourner vers Yitzhak Herzog mais bien vers Benyamin Netanyahu. Une fois l’annonce des résultats officiels, qui devraient être annoncés demain, il aura sept jours pour annoncer sa décision.

Composition de la Knesset après les élections législatives du 17 mars 2015:
http://www.i24news.tv/fr/mobile#content/64714