Le mythique magazine Playboy débarque dans les kiosques avec une nouvelle formule.

De Cindy Crawford à Kim Kardashian en passant par Kate Moos, les plus grandes stars du show-business ont fait la une du mythique magasine au célèbre logo en forme de lapin. A l’intérieur, les pages étaient remplies de photos de femmes partiellement ou totalement dénudées.

En décembre, une annonce avait secoué le monde de la presse masculine. Fini les seins nus. Les photos topless avaient fait la réputation mondiale du magazine. Lancée 1953 par Hugh Heffner, il était temps de changer de formule.

Hugh Heffner, entouré de ses Playmates. Crédits: lepotin.fr

Hugh Heffner, entouré de ses Playmates.
Crédits: lepotin.fr

Une couverture inspirée Snapchat  

Des ventes en baisse, la concurrence accrue d’Internet ont poussé la direction à changer de stratégie. Comme un symbole, c’était Pamela Anderson qui faisait la dernière une du playboy « historique ».

La dernière une de l'ancienne formule de Playboy avec Pamela Anderson en couverture

La dernière une de l’ancienne formule de Playboy avec Pamela Anderson en couverture

 

A la clé, une volonté de se repositionner vers le grand public, tout en conservant son caractère érotique. Le premier numéro du nouveau Playboy est enfin en kiosques. La Une du premier numéro mêle érotisme et  nouvelles applications. Une photographie  façon Snapchat d’un jeune mannequin, Sarah McDaniel. Cette dernière est une véritable star sur le réseau social Instagram avec plus de 315 000 abonnés.

D’après la jeune mannequin, cette photo veut créer une expérience plus intime avec le lecteur. »L’idée était de me regarder avec le regard d’un petit ami »a-t-elle poursuivi. Effet garanti. En plus des pages intérieures, la Une a subi un sérieux lifting, en étant davantage épuré alors que la typographie se veut plus moderne.

En feuillant les pages, on trouve toujours des photos de femmes dans des « positions provocantes » mais jamais totalement dénudées comme autrefois. Une seule photo topless figure à l’intérieur. Celle de Stolichanaya. Non, ce n’est pas le nom d’un mannequin russe. Il s’agit d’une pub pour une marque de vodka, détournant avec humour, la nouvelle formule du magazine. L’objectif de la campagne était de faire preuve « d’esprit et d’humour » selon le directeur créatif de Playboy.

La pub pour une vodka "topless"

La pub pour une vodka « topless »