Le gouvernement a l’intention de diminuer les APL de 5€ par mois à partir d’octobre, alors que 6,5 millions de foyers touchent en moyenne 226 euros au titre de ces aides au logement.

 

Les APL devraient être diminuées de 5€ par mois à partir d’octobre. Il existe cependant trois types d’aides au logement : l’APL, l’ALS ou l’ALF. Ces trois là seront minorées dès la rentrée 2017. Afin de faire des économies budgétaires, le gouvernement a annoncé cette baisse pour tous les ménages.

 

Quelles sont les trois catégories et à quoi servent-elles ?

Il existe trois catégories de prestations : l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement familial (ALF) et l’allocation de logement social (ALS). Elles sont toutes les trois versées par la CAF (Caisse d’allocations familiales) et ont pour but d’aider les locataires ou propriétaires (ayant un crédit immobilier à rembourser) à payer leur loyer ou leurs mensualités de prêt.

L’APL est versée pour aider à payer le loyer ou la mensualité de prêt immobilier. Si on est locataire, le logement doit faire l’objet d’une convention avec l’Etat (comme les HLM par exemple). Si on est propriétaire, il faut avoir contracté un prêt d’accession sociale (PAS), un prêt aidé à l’accession à la propriété (PAP) ou un prêt conventionné (PC) pour l’acquisition d’un logement.

L’ALF elle ne concerne que les ménages avec enfants (nés ou à naître) ou des personnes à charge ou bien des personnes marriées depuis moins de 5 ans (ayant chacune moins de 40 ans au moment du mariage).

Enfin, L’ALS s’adresse à ceux qui ne peuvent bénéficier ni de l’APL ni de l’ALF mais qui ont tout de même besoin de ces prestations. Cette aide concerne principalement les étudiants, les ménages sans enfants et les personnes âgées ou handicapées.

 

Combien peut-on recevoir ?

Ces aides au logement aident au total 6,3 millions de ménages (soit 13 millions de personnes dont 800 000 étudiants). Concernant les trois types de prestations différents, 43% des concernés reçoivent l’APL, 37% l’ALS et 20% l’ALF (d’après des données de la Drees de 2014, publiées en 2016).

La baisse de 5€ par mois concerne bien ces trois catégories d’aides au logement. Le montant versé s’élevait en moyenne à 226 euros par mois. Il dépend ensuite du nombre d’enfants, du montant du loyer, du lieu où se situe le logement et des ressources de l’année N-2 (donc de celles de 2015 pour les prestations versées en 2017).

A Paris, le montant maximum de l’aide est de 293 euros pour une personne seule et de 514 euros pour une famille avec trois enfants. Dans une petite ville, les montants baissent à 239 euros pour une personne seule et 332 euros pour une famille avec trois enfants.

Pour savoir à quel montant on est éligible, il suffit de renseigner les questions du simulateur de la CAF.

 

Baisse de 5€ pour répondre à une « urgence »

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a défendu la décision du gouvernement. Il évoque ainsi une « urgence » pour boucler le budget et a annoncé une remise à plat de la politique du logement « d’ici la fin de l’année ». Il a ainsi expliqué : « Il manque 150 millions d’euros dans le budget de l’Etat ».

Or, une baisse de 5€ par mois et par ménage représenterait une économie mensuelle de 32,5 millions d’euros pour le gouvernement, soit 97,5 millions sur les trois derniers mois de l’année en cours.

Pour lui, « L’urgence, c’est, pour le dernier trimestre de cette année, faire en sorte que chacun puisse toucher son APL, parce que c’est ça la bonne nouvelle entre guillemets, alors que les crédits n’étaient pas là ».

Le ministre a également annoncé qu’il souhaite « avant la fin de l’année, remettre les choses à plat sur la politique du logement parce qu’elle n’est pas efficace. Il faut remettre à plat tout ce dispositif d’aide pour qu’il soit efficace ».

 

Décision plutôt impopulaire

Les concernés eux, se sont exprimés sur les réseaux sociaux. Certains ne sont pas contre la petite réduction mais trouvent que le gouvernement aurait pu trouver l’argent ailleurs.

D’autres ironisent sur la situation et remarque que ces 5€ ne changeront pas grand chose, surtout qu’ils ne représentent « qu’une pinte de bière » ou que « dix cigarettes ».

Interrogée, une étudiante, Chloé, étudiante de 19 ans à Paris, bénéficiant des ALS a déclaré à Radio VL qu’elle s’inquiète de voir les aides au logement baisser de plus en plus chaque année. Cela peut commencer avec 5€ la première année, ce qu’elle ne trouve pas si grave, mais ils peuvent ensuite continuer de baisser à nouveau de 5€ d’années en années, pour qu’ils ne restent finalement que très peu à verser à ceux ayant besoin de ces prestations.

Le gouvernement sait en tout cas que sa proposition n’est pas très populaire mais la laisse en place pour le moment.