Au stade San Paolo, l’OGC Nice s’est incliné mercredi soir face à Naples (0-2), en barrage aller de Ligue des champions. La faute à une supériorité collective et technique des Napolitains et à un Dries Mertens intenable en attaque.

Séduisante face à l’Ajax d’Amsterdam au premier tour des barrages de Ligue des champions, Nice s’est cassé les dents face à Naples au tour suivant. Même s’il reste un match retour à jouer à domicile le 22 août, les Napolitains ont montré qu’ils étaient techniquement un cran au-dessus des aiglons. Dès le début du match, les Azzuri ont monopolisé le ballon. Marek Hamsik et les milieux italiens ont donc pu distribuer des bons ballons en profondeur pour leur flèche Dries Mertens.

Et Mertens s’est bien régalé. Le remuant attaquant napolitain a toujours su faire les bons appels dans le dos de Le Marchand et Dante. Sur l’ouverture du score (13ème), il est parti à la limite du hors-jeu dans le dos de Dante, sur une passe longue de Insigne. Il a eu tout le loisir d’effacer d’un crochet Yoann Cardinale, le gardien niçois sorti à sa rencontre. Et il a redressé rapidement le ballon du pied gauche dans le but vide (1-0).

Mertens, le poison napolitain

Tout le long du match, les Niçois n’auront jamais réussi à contenir l’attaquant de pointe du 4-3-3 italien. Huit minutes après son but, le Belge s’est joué de Le Marchand puis de Dante dans la surface. Heureusement, Cardinale a repoussé en deux temps son tir pied gauche.

Au retour des vestiaires, Callejon à gauche de la surface a eu tout le loisir de centrer en retrait pour Mertens, seul au point de pénalty. Heureusement encore, l’ancien du PSV Eindhoven a trop ouvert sa reprise de l’intérieur pied gauche (61ème). Mais Nice allait logiquement craquer une deuxième fois sur un pénalty de Jorginho (70ème). Et qui est à l’origine du pénalty ? Mertens encore, après un délicieux une-deux à gauche avec Insigne et l’intervention en retard de Christophe Jallet.

Mertens

Intenable, Dries Mertens a provoqué le pénalty du 2-0, transformé par Jorginho. Crédits : footnews.be

.

A sa sortie du terrain (75ème), la pépite du Napoli a reçu une ovation méritée du bouillant Stade San Paolo. Et dire qu’au départ, ce joueur n’était pas un avant-centre de métier. Il a fallu que Maurizio Sarri, le coach du Napoli, ait eu la brillante idée de le faire jouer à ce poste-là. Résultat : 28 buts en 28 matches de championnat italien la saison dernière ! Et cinq buts (+ trois passes décisives) en Ligue des champions. Pas mal pour un néo-buteur…

Comment le stopper ?

Le 22 août, lors du barrage retour, les Azuréens devront donc trouver l’antidote pour éradiquer le poison Mertens. Autant dire un vrai casse-tête pour Lucien Favre, l’entraîneur niçois. Sachant que Vincent Koziello et Alasane Pléa, expulsés ce mercredi, seront suspendus pour ce match retour à l’Allianz Riviera…