Delhi, la capitale indienne de près de 10 millions de personnes, vient d’interdire tous les plastiques jetables.

Dans une volonté écologique, l’Inde a interdit l’utilisation d’articles jetables en plastique dans sa capitale Delhi, comme le confirme le quotidien anglais The Independent. La situation était urgente ; l’Inde est en effet à l’origine de 60% du plastique qui se retrouve dans nos océans.

De plus, les plastiques posent de graves problèmes de qualité de l’air dans le pays. Delhi comme d’autres villes utilise en effet le plastique dans les usines pour produire de l’électricité. Et bien sûr c’est un matériau hautement polluant. Et s’il n’est pas brûlé, le plastique finit par boucher le Yamuna, le deuxième affluent du Gange.

Un jeune Indien se baigne dans les eaux polluées de Delhi - DR

Un jeune Indien se baigne dans les eaux polluées de Delhi – DR

Des problèmes d’application

Cependant, réussir à imposer à une ville entière et de plus de 10 millions d’habitants de telles contraintes est difficile. Afin de réussir à appliquer la mesure, les centrales de traitement des déchets énergétiques ont toutes été mises en alerte et seront condamnées à une amende d’environ 7 300 $. Une verbalisation pour non-conformité et pour chaque « incident de pollution ». Il y aura également, selon l’Indian Express, une amende de 150 $ pour les vendeurs ambulants qui se débarrassent des ordures dans les lieux publics. Cependant comme le rapporte le quotidien, il semble que peu de vendeurs de rue soient effectivement au courant de l’interdiction. Une semaine avant l’adoption de l’interdiction, les commerçants étaient confus au sujet des détails de la loi.

Des précédentes tentatives

Ce n’est pas la première tentative de Delhi contre l’interdiction du plastique. En 2009, le gouvernement a interdit les sacs en plastique dans les hôtels, les hôpitaux, les centres commerciaux, les principaux marchés de fruits et légumes. L’interdiction a été efficace au début, mais n’a clairement pas fonctionné. Les commerces ont utilisé au début des sacs en tissu pour pallier aux sacs en plastique. Cependant face à un coût plus élevé, les habitants ont repris leurs habitudes.

Cette nouvelle montre cependant que l’Inde n’a pas peur de prendre des mesures extrêmes.
A lire aussi : Pollution comment la Chine peut-elle y remédier ?