Malte, bien que fortement ancrée dans la tradition catholique, a adopté une loi autorisant le mariage homosexuel. Cette mesure était une promesse du premier ministre Joseph Muscat.

Le parlement maltais a voté mercredi 12 juillet, à la quasi-unanimité, une loi autorisant le mariage aux couples de même sexe.

Cette nouvelle loi entre dans la continuité des réformes déjà prises par ce pays de 430 000 habitants où le catholicisme est la religion d’Etat. En effet, Malte a adopté le divorce il y a six ans seulement. Quant à la création de l’union civile, elle ne date que de 2014. Depuis, 141 couples ont conclu une union civile sur l’île, 22 autres ont fait enregistrer un mariage conclu à l’étranger. L’avortement reste toutefois illégal.

Une promesse électorale

Le premier ministre, Joseph Muscat, avait promis, lors des élections législatives en juin, que cette loi serait la première de son nouveau mandat. « C’est un vote historique. Cela montre que notre démocratie et notre société ont atteint une certain degré de maturité et que nous pouvons tous dire que nous sommes égaux », s’est-il réjoui après l’adoption de ce texte.

La principale force d’opposition, le Parti nationaliste (PN), s’est lui-même prononcé en faveur de cette loi, à l’exception d’un de ses membres, sa conscience ne lui permettant pas de donner son aval, s’est-il justifié. L’Eglise catholique s’était, elle, fortement opposée à ce texte.

Le 25e pays à légaliser le mariage homosexuel

A travers cette loi, Malte devient le 25e pays à légaliser le mariage aux couples homosexuels, et le 15e en Europe, après l’Allemagne en juin dernier.

Lire aussi : l’Allemagne va-t-elle légaliser le mariage pour tous en moins d’une semaine ?

Mercredi soir, plusieurs dizaines de personnes, arborant le drapeau arc-en-ciel, se sont réunis devant le palais du Premier ministre.  « Nous avons fait l’histoire », ont-ils revendiqué fièrement.