Ce samedi, une messe de Pâques est célébrée en arabe pour les chrétiens irakiens à Schiltigheim, au Nord de l’agglomération de Strasbourg (67). L’occasion pour eux de renouer avec leur histoire, leur pays et leur langue pour la fête la plus importante du calendrier chrétien.

Selon l’ONG Portes Ouvertes qui dresse chaque année un index mondial des pays où les chrétiens sont les plus persécutés dans le monde, l’Irak se place en deuxième position, juste derrière la Corée du Nord.

La communauté chrétienne y est malmenée depuis le début de la guerre en Irak en 2003. L’avancée de Daesh au Nord du pays ces dernières années a encore aggravé les violences portées à l’encontre de cette communauté religieuse.

À Strasbourg, la communauté chrétienne irakienne serait forte d’environ 300 à 350 individus. Depuis l’arrivée du père franco-irakien Anis Hanna en septembre 2015, des messes sont régulièrement célébrées en arabe, bien que la communauté se mêle plus souvent encore aux célébrations francophones.

Cette année, pour la Veillée pascale, une messe est donnée ce samedi en arabe dans une église de Schiltigheim au Nord de l’agglomération de Strasbourg. L’occasion pour cette communauté de se rassembler tout en accueillant ceux qui souhaiteraient partager ce moment clé de l’année chrétienne.

Juliette Buchez, pour CUEJ.info