Deux internautes américains ont déposé plainte suite à des soupçons concernant l’utilisation à des fins commerciales de leurs messages privés par Facebook. Ils invitent chaque américain utilisateur du réseau social à se joindre à eux dans un recours en nom collectif contre la société de Mark Zuckerberg.

Le réseau social au milliard d’utilisateur a bien des difficultés à se débarrasser des accusations d’intrusion dans la vie privée des internautes. Cette nouvelle affaire relayée par 01Net vient entacher les efforts réalisés par Facebook en termes de protection de la vie privée. Si les développeurs du site ont en 2013 apporté un certains nombre de changements concernant la politique de protection des données personnelles avec la possibilité pour les utilisateurs de mieux contrôler leurs informations publiques ou privées, c’est aujourd’hui la question de l’analyse des messages privés personnels qui fait débat.

Des messages privés passés au crible fin

Facebook est-il vraiment Big Brother?

Facebook est-il vraiment Big Brother?

Mathieu Campbell et Michael Hurley, les deux plaignants dénoncent d’après le texte de plainte obtenu par l’AFP que « Contrairement à ses affirmations, les messages privés échangés sur Facebook sont systématiquement interceptés par la société pour connaître le contenu des communications de ses utilisateurs ». Afin de récupérer les données pouvant être revendues par la suite, le réseau social analyserait alors le contenu des messages privés notamment si ces derniers contiennent des liens vers d’autres sites (youtube, amazon..) toujours d’après les plaignants « La société analyse le contenu du message, le lien internet et recherche des informations qui permettent de dresser un profil de l’activité sur internet de la personne qui a écrit le message ».

Facebook sur la défensive

A la suite de cette accusation, le réseau social s’est tout de suite défendu de tels agissements et a qualifié l’action en justice entreprise comme étant sans fondement. 01Net souligne également que la société a prévu de « se défendre de manière vigoureuse ». Et pour cause Mathieu Campbell et Michael Hurley réclament chacun 100 dollars de dédommagement par jour a compter du début de l’espionnage selon Zdnet. Il convient alors de noter que le premier plaignant est inscrit sur le site depuis 2008, le second 2009. Ce qui revient à près de 182500 et 146000 dollars de dédommagement pour chacun d’entre eux en cas de victoire. Des dédommagements qui pourraient s’élever encore plus, comme les deux plaignants invitent tous les utilisateurs américains du réseau à se joindre à eux dans leur action en justice. Une perte sèche pour Facebook tant en termes monétaire que de réputation.

Le respect de la vie privée, une valeur montante

viepriveeSelon une étude menée en Septembre 2013 par Le Figaro, 98% des français estiment que la protection des données et le respect de la vie privée sur Internet sont deux enjeux importants. Pourtant ils ne sont que 58% des sondées à penser que l’utilisation de leurs données personnelles puissent être une contrepartie de la gratuité de certains sites et réseaux sociaux tel que Facebook. Ce qui ne les empêchent pas à 81% de craindre justement une utilisation de ces mêmes données selon une autre une étude BVA, menée pour Syntec Numérique. Pas sûr qu’avec cette nouvelle affaire Facebook fasse baisser ce chiffre.