Adaptée du comics, la série Constantine, sortie en 2014, est actuellement disponible sur CanalPlay. On a testé pour vous le pilote de la série.

Les adaptations de comics n’en finissent pas d’envahir le petit écran (et le grand !). NBC a proposé sa série adaptée de comics, Constantine adaptée de la BD DC initialement titrée “Hellblazer”, aujourd’hui “Constantine”.
Univers sombre et surnaturel, Constantine ne se situe pas dans un univers de héros colorés en costumes, mais dans celui de l’occulte et de l’éternelle bataille entre le bien et le mal.

John Constantine est un détective de l’occulte, un exorciste, qui s’est volontairement fait enfermer dans un asile. Après un rapide rappel de la nature surnaturelle du monde et du danger qu’elle représente, il reprend du service pour sauver la fille d’un de ses amis.

The Clairvoyant

Diffusée à partir du 24 octobre 2014 sur NBC, Constantine est développée par Daniel Cerone (qui fut showrunner de Dexter) et David S. Goyer, le compagnon de Christopher Nolan sur ses Batman et toute la franchise DC qui s’en suit, mais surtout, le garçon est un grand amateur (on peut même dire expert à ce niveau là) de comics, puisqu’il a déjà travaillé sur de nombreuses adaptations telles que The Crow, Blade et même l’adaptation télévisée Marvel : Nick Fury: Agent of S.H.I.E.L.D. (1998).

Le cast de la série fonctionne plutôt bien. Au cœur, le personnage éponyme est interprété par un Matt Ryan à la mèche blonde et la barbe de 3 jours. Cocktail de détective des années 40, avec la gouaille d’une petite frappe londonienne, et la clope éternelle au bec, l’acteur nous propose un de ces personnages un peu provoquant, sur la brèche, qui porte son destin comme un fardeau.
Mission accomplie pour Matt Ryan que l’on a envie de continuer à regarder dans les prochains épisodes. A ses côtés on trouvera la jeune Lucy Griffith (Liv Aberdeen) qui ne sera présente que dans le pilote, le rôle féminin étant décalé au personnage de Zed Martin interprétée par Angelica Celaya. Enfin il faut mentionner les 3 personnages qui tournent autours de Constantine, son side-kick et plus vieil ami, Chas Chandler (Charles Halford), Ritchie Simpson le scientifique agréablement porté par Jeremie Davies et enfin l’ange Manny (Harold Perrineau, Lost).

A lire aussi : notre interview de Stephen Amell « Arrow »

DC Comics

The Prophecy

Ce pilote est globalement de plutôt bonne qualité. Comme dit plus haut, la réalisation est efficace, les effets spéciaux de bonne qualité, le jeu du cast nous offre quelques personnages haut en couleurs (à l’exception de Liv Aberdeen, qui fort heureusement sort du casting récurrent du show), et le scénario est efficace sans briller par son originalité. On peut dire “Mission accomplie”, sur cet épisode qui pose les bases d’un personnage et de son univers. Malheureusement une autre série à succès s’est déjà emparée du même sujet, et réussi depuis 10 ans à capter un auditoire : Supernatural.

C’est au fond le problème majeur de ce pilote, et sans doute de la série. En effet, Constantine utilise non seulement un univers très similaire, mais surtout joue exactement sur les même cordes. John Constantine est un peu Dean Winchester, les Anges sont fourbes, on utilise des pouvoirs occultes, on y voit une sorte de purgatoire, il y a toujours des conversations pesantes et parfois absurdes entre les entités surnaturelles et le héros. Bref, c’est pratiquement du copier/coller. Certes, vous me direz que le comics dont est tiré la série, Hellblazer est arrivé avant (1988), cela n’empêche pas que l’adaptation, elle, ne peut faire l’économie de la comparaison.

Dès lors il est bien difficile de ne pas comparer les deux séries. L’une ayant pris le temps d’installer son univers, l’autre nous demandant d’y adhérer immédiatement. L’une étant une création originale, l’autre étant une adaptation de comics, lui-même déjà adapté au cinéma, obligeant les scénaristes à tenir compte d’une histoire pré-éxistantes.

On peut aisément comprendre la volonté de NBC de ne pas avoir voulu être à la traîne de la mode du comics, et également de vouloir se démarquer en adaptant un personnage qui n’est pas un super héros.

Au final, Constantine s’annonçait de qualité correcte, mais manquait cruellement d’originalité. Face à une concurrence bien installée, il fut difficile d’envisager un avenir radieux au show, ce qui ne manqua pas d’arriver puisqu’elle fut annulée après une demi saison.