Dimanche 27 octobre, rue Mathurin Régnier. Une soirée était organisée pour les militants d’Alain Juppé, espérant célébrer sa victoire. Retour sur la défaite du candidat au second tour de la primaire et sur les réactions des jeunes qui le soutenaient.

La déception : mot qui revient sans cesse lorsque les militants s’expriment sur la déroute d’Alain Juppé. Dès le départ, les avis sont mitigés. Conscients du peu de chances de voir leur candidat remonter, la plupart refusent de s’exprimer sur le sujet avant les résultats. Pourtant, dans la salle, l’ambiance est au rendez-vous.

Les Jeunes avec Juppé arborent fièrement leur T-shirt bleu ou blanc sur lequel est marqué en gros « AJ! » ou « I love PEJU ». Puis, vers 20 heures, les premiers résultats arrivent : 33,5% pour Juppé contre 66,5% pour Fillon. Une claque. Tandis que les uns pleurent, les autres se prennent dans les bras pour se réconforter. La défaite, ils s’y attendaient, mais pas avec un score aussi faible. « En vérité la déception elle était déjà là la semaine dernière. Mais on ne s’attendait pas à un tel score » explique Xavier, 21 ans et soutien d’Alain Juppé depuis juillet 2015.

A 21h, Alain Juppé entre dans la salle. Bien qu’ils aient perdu, les militants accueillent leur candidat aux cris de « JUPPÉ ! JUPPÉ ! » Peu importe les résultats, ils restent fiers, à fond derrière lui. Vient alors la déclaration à laquelle tout le monde s’attend : « Comme je m’y étais engagé, j’apporte dès ce soir mon soutien à François Fillon, je lui souhaite bonne chance pour la prochaine campagne présidentielle et la victoire en mai prochain. » Les applaudissements sont présents mais peu enthousiastes.

A lire aussi : Primaire de la droite : les ralliements des autres candidats

 

Soutenir Fillon, une alternative plausible ?

Ceux qui appartiennent au parti se résigneront peut-être à voter pour François Fillon : « Après tout, c’est la même famille politique« , peut-on entendre du côté des jeunes militants. Mais la plupart répondent un NON catégorique. Il faut comprendre que la majorité des Jeunes avec Juppé n’ont pas leur carte au parti Les Républicains. Cette primaire c’était leur première campagne, ils soutenaient un candidat auquel ils croyaient et non un parti.

Ils ne se reconnaissent d’ailleurs pas dans le programme de Fillon, notamment sur le plan social où la différence avec Juppé se fait sentir. « La suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, la remise en cause de l’adoption pour les couples homosexuels ou l’instauration d’une économie ultra-libérale aux conséquences désastreuses sur la société« , sont les principales mesures qui empêchent les militants de se rallier à Fillon.

A la place, un autre nom fait son apparition : Emmanuel Macron. Plus au centre que François Fillon, il paraît être un meilleur choix pour ces militants. Un rejet qui frise le comique lorsqu’à 22 heures, quand sur les écrans de télévisions apparaît François Fillon après qu’Alain Juppé l’ait rejoint pour officialiser son soutien. Le vainqueur commence à prononcer un discours, mais les militants de Juppé se mettent alors à crier « LA MUSIQUE ! LA MUSIQUE! », préférant ainsi « Don’t stop me now » de Queen pour continuer la soirée.

A lire aussi : Primaire de la droite : défaite de la gauche, victoire de l’extrême droite ?