Après les primaires présidentielles du Wisconsin, la victoire de Clinton et Trump n’est pas assurée. Chez les républicains, Ted Cruz a remporté l’élection avec 49% des voix, contre 34% pour Donald Trump. Bernie Sanders a, quant à lui, devancé Clinton avec 56% des voix. What happens now ?

Sanders et Clinton : la course est encore ouverte

Les derniers résultats électoraux ont été particulièrement favorables à Sanders. En effet, il s’agit de la sixième défaite en sept consultations pour l’ex secrétaire d’Etat.

A lire aussi : Clinton et Trump vainqueurs du Super Tuesday

La belle victoire de Sanders lui permet de rester dans la course pour les présidentielles. Avec 1025 délégués contre les 1274 de Clinton, le sénateur du Vermont  peut encore espérer de combler son retard. Pour ce faire, il doit réussir à mobiliser plusieurs secteurs de la population. Le sénateur est très apprécié par les jeunes, qui le votent massivement, et par la plupart de l’électorat féminin. Fort de ses récentes victoires, Sanders a récemment déclaré : «  si on réveille le peuple américain, et les travailleurs, les classes moyennes, les seniors et les jeunes commencent à s’impliquer, à se battre et surtout à participer au vote, on peut tout faire ! ».

Le candidat à l'investiture démocrate, Bernie Sanders.

Le candidat à l’investiture démocrate, Bernie Sanders.

Toutefois, Clinton reste largement favorite. Il est vrai que l’écart qui la sépare de Sanders n’est plus autant étendu qu’il l’était après le Super Tuesday : cependant, l’ex secrétaire d’Etat jouit d’un fort soutien au sein de l’électorat noir et des classes moyennes. De plus, Clinton peut compter sur 469 « super délégués », contre les 31 de Sanders, ce qui lui assure un avantage plutôt solide sur son adversaire.

Si le candidat à l’investiture démocrate ne veut pas abandonner la course, il sait qu’il s’affronte à une opposante particulièrement expérimentée et, surtout, à un système difficile à combattre. Sanders lui-même a affirmé : « la dynamique, c’est d’avoir commencé cette campagne il y a 11 mois, alors que les médias nous qualifiaient de marginaux ».

 Cruz : un « tournant » pour devancer Trump

Coté républicains, Ted Cruz l’a emporté sur Donald Trump. La victoire du sénateur du Texas, qui a maintenant 502 délégués, a réduit l’écart avec son adversaire, en tête des sondages depuis des semaines. Après l’annonce des résultats, Cruz s’est montré optimiste et a affirmé : « une lumière s’est allumée, c’est un tournant ».

Le candidat à l'investiture républicain Ted Cruz.

Le candidat à l’investiture républicain Ted Cruz.

Cependant, Trump reste le grand favori avec 739 délégués. Il profite notamment d’un grand consensus chez les jeunes, chez les travailleurs du secteur manufacturier et en général dans tous les secteurs qui ont été profondément touchés par la récession. Les sondages lui sont nettement favorables : lors de la prochaine élection, prévue le 17 avril à New York, plus de la moitié des électeurs républicains déclare vouloir voter pour le magnat de l’immobilier. En effet, Cruz vise plutôt à empêcher Trump d’obtenir le seuil de 1237 délégués qui garantit l’investiture automatique.

A lire aussi : Primaires US : Trump, « unificateur » ou « imposteur »

Les résultats des primaires ne sont donc pas connu d’avance. Clinton doit s’assurer de conserver les votes de la population noire et des classes moyennes si elle veut l’emporter sur Sanders. De l’autre côté, Trump ne peut pas se contenter des votes des jeunes et des classes frappées par la crise pour devancer Cruz. Les jeux sont encore ouverts.

Crédit photo à la Une : fox6now.com