Jeudi 7 septembre s’est tenue une protestation de clowns en Russie. Le jour de la sortie en salle de « Ça », ils ont voulu en interdire la diffusion. Et pour cause, le film porterait atteinte à leur profession.

Suite à la disparition de plusieurs enfants, un groupe doit faire face à Pennywise. C’est autour de ce clown maléfique et tueur qui sévit depuis des siècles que le film d’horreur s’articule. La compagnie Komik-Trest a lancé une protestation de clowns pour faire entendre leur désaccord.

Quand les clowns deviennent sérieux

Loin des comiques de situation, les clowns de la compagnie Komik-Trest se sont retrouvés devant le Parlement de St-Petersbourg pour manifester leur mécontentement. Ils espèrent obtenir une interdiction de projection du film « Ça » en Russie.

Vêtus de leurs costumes farfelus, ils n’ont cependant pas manqué de suivre une procédure encadrée. D’une part, ce recours direct au Parlement. D’autre part, par le biais du communiqué qu’ils ont publié sur Vkontakte avant de venir avec leurs pancartes. « Nous ne sommes pas Ça », « Ça n’est pas drôle », « Komik-Trest vs. Ça »… La protestation de clowns s’empare du film pour affirmer qu’il discrédite la profession.

Des appuis de la communauté circassienne

Anatoliy Marchevskiy est aujourd’hui député du Parlement de Sverdlovsk. Cependant, il ne peine pas à comprendre les intentions de la manifestions étant donné son propre passé de clown. Même si le film est interdit aux moins de 12 ans, il invoque l’argument fatal. « Vous commettez des crimes devant des enfants ».

La manifestation de clowns n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Pam Moody est la présidente de l’association mondiale des clowns. Selon elle, le problème est la perte d’emplois pour les clowns. Quand les productions cinématographiques jouent sur la peur, les spectacles de clowns auprès de jeunes publics sont annulés.

Réactions controversées

« Ça » est en réalité un film de Andy Muschietti adapté d’un roman de Stephen King. A la vue des nombreuses protestations de clowns, ce dernier a pris la parole.

« Les clowns sont fâchés contre moi. Désolé, la plupart sont bons. MAIS… les enfants ont toujours été effrayés par les clowns. Ne tuez pas les messagers pour le message »

Alexeï Fedorchenko, réalisateur russe, ne comprend pas toute l’effervescence autour de cette polémique. Sur un ton moqueur, il appelle au boycott des films d’épouvante Massacre à la tronçonneuse et Saw… pour préserver le métier de bûcheron.