Dans une interview donnée au Monde, Rachida Dati revient sur ses relations houleuses avec son ancien collègue de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

A l’occasion de la série d’été du Monde, Rachida Dati s’est livrée au quotidien dans une interview riche en révélations. L’ancienne garde des Sceaux aborde plusieurs sujets, et notamment ses rapports avec l’ex-ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Si ces deux-là ne sont pas connus pour s’apprécier, leurs relations semblent plus tendues encore que ce que nous pouvions l’imaginer.

« Bonjour le guignol »

« Pendant la dernière campagne présidentielle, parce qu’il fallait se réconcilier, je montais dans l’avion avec lui, mais je le saluais en disant : ‘Bonjour, le guignol’, puis je disais : ‘Vous ne trouvez pas que ça sent le nazi ici?’ Le grand facho, il se cachait derrière son journal, les hôtesses étaient mortes de rire ! » avoue-t-elle. L’usage du qualificatif « facho » n’a toutefois rien de nouveau. Dès novembre 2016, Médiapart dévoilait un texto dans lequel l’intéressée s’adressait à son collègue le « ministre (naze) de l’intérieur », en débutant avec un « salut le facho ».

« Je lui mets un coup de poing dans la gueule »

Mais au-delà même de ces qualificatifs peu flatteurs, la maire du VIIe arrondissement a également fait part aux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, d’une scène de violence avec son collègue. « Un jour, devant un ascenseur, je lui dis : ‘Alors le facho, ça va ?’ Il me répond : ‘Ca va, intrigante.’ Là je me retourne et je lui mets un coup de poing dans la gueule, et il se mange le miroir ! Après, Sarko m’appelle : ‘Qu’est-ce que t’as encore fait ?’ Je lui dis : ‘Il m’a insultée.’ Et lui : ‘Arrête de le chercher.' »