Les élus de la chambre des Communes au Royaume-Uni ne pourront plus employer de membres de leur famille ou de relations d’affaires proches à l’avenir. 

L’emploi de proches par les députés a été banni jeudi par l’autorité de régulation parlementaire britannique (Ipsa). Cette mesure entrera en vigueur à partir des prochaines élections législatives britanniques de 2020. « Nous pensons que l’emploi de proches ne répond pas aux pratiques d’emploi modernes qui réclament un recrutement juste et ouvert pour encourager la diversité, » a déclaré la présidente de l’Ipsa, Ruth Evans.

151 députés britanniques concernés

Actuellement 151 députés britanniques sur 650 emploient un membre de leur famille, selon l’Ipsa. Ils pourront continuer de le faire d’ici les prochaines élections. Une majorité des élus se prononce toutefois contre cette nouvelle interdiction. L’Ipsa a justifié « entendre le(ur) besoin d’employer des personnes en qui ils ont confiance mais ne pas considérer que ces personnes doivent être nécessairement des proches. »

Depuis 2010, les emplois de famille ou de proches sont soumis à l’examen de l’Ipsa, commission indépendante née au Royaume-Uni après le scandale des notes de frais survenu en 2009. Ce contrôle a pour but d’éviter « toute accusation d’emploi fictif. » Un seul emploi de ce type est autorisé par député.

Un écho avec l’affaire Fillon

Cette décision entre particulièrement en écho avec l’affaire qui touche François Fillon en France. Le candidat à la présidentielle a été mis en examen pour détournement de fonds mardi dernier. Il est soupçonné d’avoir fait bénéficier d’emplois fictifs à son épouse et à ses enfants.

L’Ipsa a toutefois ajouté que cette nouvelle interdiction n’était pas liée à la découverte d’abus par des députés britanniques. La commission a déclaré être déterminée à réduire l’emploi de proches par les élus « pour encourager les bonnes pratiques en matière de recrutement par les députés et pour garantir au public un usage approprié de l’argent des contribuables. »

A lire aussi >> PenelopeGate : tout comprendre sur la polémique

Et en France ?

Dans le contexte pré-présidentielle français actuel, des propositions radicales ont été proposées par les socialistes. « Il faut que tout parlementaire n’ait plus le droit d’embaucher ni son enfant, ni un cousin, ni un parent, ni sa femme, » a affirmé Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste. C’est une idée que soutient également Emmanuel Macron qui souhaite interdire aux parlementaires d’employer leurs proches. « Quand il s’agit d’argent public, on ne doit pas pouvoir embaucher ses proches, » a-t-il-déclaré lors de la présentation de son programme à la presse jeudi 2 mars.

A lire aussi >> Paris : les slogans et les images fortes de la manifestation anti-corruption