Alors que Serge Aurier était déjà en garde à vue depuis lundi matin pour avoir insulté et donné un coup de coude à un vigile, le footballeur restera 24 heures de plus en détention provisoire.

Accusé de « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique« , Serge Aurier restera 24 heures de plus en garde à vue dans le commissariat du 8ème arrondissement de Paris ont affirmé ce matin les forces de l’ordre qui s’occupent de l’affaire. Une rencontre a été organisée lundi entre le joueur et des policiers et ses amis présents dans la voiture et qui ont assisté à l’altercation devraient aussi témoigner dans la journée afin d’amener de nouvelles informations à l’enquête. L’homme comparaîtra sans doute pour insultes, outrages et violences légères.

Des déclarations diamétralement opposées

Deux versions des faits s’opposent dans cette affaire. D’un côté l’un des policiers affirme avoir reçu un coup de coude provenant du joueur dans le thorax et avoir été la cible d’insultes ; de l’autre, le joueur dénonce des violences policières commises à son encontre, présentant aux enquêteurs une blessure au front et sur la lèvre inférieure. Les forces de l’ordre affirment que le joueur était en état d’ébriété au moment des faits, c’est-à-dire à la sortie d’une boîte de nuit des Champs-Elysées. Les policiers indiquent aussi avoir reçu des menaces venant du joueur « Mon avocat va s’occuper de vous. » ou encore « Vous allez le regretter toute votre vie« 

C’est le deuxième dérapage du joueur qui avait déjà insulté certains de ses coéquipiers et son entraîneur en direct sur le réseau social Périscope. Il avait alors été mis à pied avant de rejoindre de nouveau l’équipe. Reste à voir quelle sera la décision prise par Laurent Blanc pour punir le joueur ou non sur ses activités et son comportement extra-sportif.