Devenir un influenceur en un temps record de 10 jours, c’est la promesse faite par le Social Star Creator Camp. Les adolescents en quête de popularité deviennent des créateurs de contenus sur les réseaux sociaux.

Nichelle Rodriguez est une ancienne travailleuse sociale à la tête de colonies de vacances axées sur le théâtre. Après 18 ans, elle est à l’origine du camp de vacances Social Star Creator Camp. Elle se réoriente car elle est persuadée d’une chose. « We’re Lucky that we’re in this era where there’s a dollar attached to it all » (« nous sommes chanceux d’être dans à une époque où tout se monnaye ») comme elle le confie au Guardian.

Un nouveau concept qui se répand

C’est d’ailleurs avec cette même assurance qu’elle met en place ce programme onéreux. Les prix peuvent grimper jusqu’à 2 680 dollars pour 10 jours mais Nichelle Rodriguez a des arguments sous la main.

Le Social Star Creator Camp comprend les bases des colonies de vacances. Des groupes sont établis en fonction de l’âge. Les high school creators d’une part et les college creators de l’autre. Des chambres et repas sont compris dans le tarif. Des activités de groupe sont prévues… Seulement, ce programme de 300 places promet des ateliers techniques et des interventions personnalisées. Réalisateurs, influenceurs, représentants de potentiels annonceurs et invités s’improvisent professeurs au cours des séances. Par exemple, l’invité phare de cet été était le youtubeur Michael Buckley. La pertinence de sa présence est due à son livre Help, my kid wants to become a youtuber.

Pas de promesses de sport nautiques au bord d’un lac ou d’après-midi accro-branches comme les autres colonies de vacances. Le Social Star Creator Camp s’installe sur les campus d’universités. En effet, les cours dispensés par les différents intervenants seront vraiment dignes des cours magistraux à la fac.

C’est au début de ce mois de juillet qu’a débuté la première édition à l’Université de Laverne en Californie. Mais Nichelle Rodriguez ne compte pas se reposer sur ses acquis et planifie déjà une version Londonienne en août. Des colonies de vacances en Australie et au Japon sont prévues pour l’année prochaine.

Des objectifs professionnels

C’est bien connu, les enfants du XXIe siècle ont les écrans dans le prolongement de leurs mains. On les appelle d’ailleurs les « digital natives » car ils sont nés dans cette révolution technologique. Seulement, la fondatrice du camp d’été part de l’idée qu’il est possible de transformer l’addiction des jeunes en un moteur. Tenter de les sevrer des réseaux sociaux alors qu’ils ont toujours baigné dedans serait inefficace.

Le Social Star Creator Camp veut user du potentiel des médias en ligne comme tremplin. L’idée s’inspire d’Adele qui postait ses démos sur Myspace ou encore de Justin Bieber qui publiait ses covers sur YouTube. Le but est d’accéder au succès à travers la mise en scène optimale des intérêts de chacun.

Pour pouvoir construire son réseau social et améliorer son audience, les interventions s’organisent autour de différents pôles : l’écriture, la production, la sécurité et le marketing. Le premier repose principalement sur la préparation du scénario et le brainstorming, le second relève du tournage avec les techniques en rapport avec la lumière et le cadrage. La sécurité renvoie aux prises de connaissance de la loi et de ce qui est relatif aux cyber attaques. Enfin, les séances marketing invitent les résidents du Social Star Creator Camp à acquérir les réflexes digitaux nécessaires. Cette partie les aide pour ensuite créer un revenu publicitaire en monétisant les contenus produits.

Les limites du Social Star Creator Camp

Avoir un agent qui nous aide à vivre de ce qui nous passionne semble être le parcours de vie idéal. Mais des associations comme la BizParentzFoundation s’alarment. Elles se donnent pour rôle de conseiller les familles sur l’industrie du divertissement et ses escroqueries.

Le Youtubeur Cyprien a également dénoncé ce genre de formation dans sa vidéo intitulée « Être Youtubeur ». Il considère qu’investir dans ces programmes revient à dépenser de l’argent pour rien. Ainsi, il donne lui-même des cours pour réussir dans le domaine le temps de sa vidéo.

Le Social Star Creator Camp a rédigé une lettre ouverte détaillant les bénéfices du programme sur leur site. Mais malgré cet effort pour rassurer les parents, les critiques persistent aussi au niveau des enfants. Le camp de Nichelle Rodriguez est accusé de nourrir des rêves irréalistes auprès de ce jeune public. Elle détient peut-être une recette magique qui fonctionne mais il n’empêche que la concurrence entre Youtubeurs est rude.