Roger Federer, vainqueur en deux sets de son compatriote Stanislas Wawrinka (6-4, 7-5), s’est illustré pour la cinquième fois lors sur le Masters 1000 d’Indian Wells en Californie. Le Suisse, dixième joueur mondial au début du tournoi, occupe désormais la sixième position du classement ATP.

Moins de deux mois après son titre à l’Open d’Australie, Roger Federer a remporté le Masters 1000 d’Indian Wells dans la nuit de dimanche à lundi. Le Bâlois traverse un début de saison étincelant dont a pu faire les frais son compatriote Stanislas Wawrinka en finale du tournoi. Le Vaudois s’est incliné en deux manches au terme d’une rencontre conclue en 1 h 21. Bien que malmené par le jeu rythmé imposé par Federer, Stan Wawrinka ne peut que regretter l’injustice qui lui a été faite en fin de premier set. Alors qu’il menait 30-15 sur son service à 5-4, un ace lui a été refusé à tort par la décision arbitrale, aussitôt remise en cause par le joueur. «Tu es sûr s’est-il étonné. «Oui, sûr !» «À 100% ?» «À 100% !» Une erreur fatale pour le vainqueur de Roland-Garros 2015 qui a laissé s’échapper le premier set dans la foulée.

« Le conte de fées se poursuit »

Ensuite bousculé à l’image du faible pourcentage sur ses premières balles de service (55 %), Federer a concédé son premier engagement du tournoi en début de second acte. « RF » est ensuite revenu à hauteur de son adversaire à 2-2 avant de faire céder son compatriote à 6-5. Déjà vainqueur en 2004, 2005, 2006 et 2012, Roger célèbre son cinquième sacre sur le circuit à Indian Wells. Après une année 2016 marquée par les blessures, l’ancien n°1 mondial revient sur le devant de la scène avant son entrée en lice à Miami.

« Je suis complètement surpris par tout ça, parce que je n’étais pas loin de tomber 35ème mondial si je n’avais pas joué l’Australie ou si j’avais perdu tôt », s’est ému le tennisman de 35 ans après la rencontre. Maintenant je suis 6ème et c’est formidable. Cela m’enlève beaucoup de pression d’être tête de série ou d’être dans les 10 meilleurs. Cela peut paraître drôle de dire ça, mais avant de gagner ces tournois, ce n’était pas toujours simple. Je suis vraiment très content, pas seulement des victoires, mais aussi de la façon dont j’arrive à battre Stan, Rafa, et tous ceux que j’ai battus en Australie. C’est formidable, mais la surprise reste très grande » s’est-il enfin réjoui.

Marius Bocquet