Roger Federer s’est qualifié en finale du Masters 1000 d’Indian Wells aux dépens de l’Américain Jack Sock samedi soir (6-1, 7-6[4]). Le Suisse rejoint ainsi son compatriote Stan Wawrinka, vainqueur de l’Espagnol Pablo Carreno-Busta (6-3, 6-2).

Deux mois après son titre à l’Open d’Australie, Roger Federer accède à la finale du Masters 1000 d’Indian Wells en Californie. Après avoir sorti son ancien rival Rafael Nadal en deux manches (6-2, 6-3), le Suisse a profité du forfait de Nick Kyrgios pour rejoindre directement Jack Sock en demi-finale. Le dixième joueur mondial n’a pas tremblé en s’imposant en seulement deux sets conclus en 1 h 15. Le Bâlois a survolé la première manche remportée en 21 minutes avant de venir à bout de son adversaire dans un second acte plus disputé.

Roger n’a pas fait d’erreur face à Jack Sock

Un succès dont s’est félicité Roger Federer à l’issue de la rencontre. « J’ai joué super bien au premier set, je voyais vraiment bien la balle. Je n’ai quasiment fait aucune erreur et je le pressais bien. Au deuxième, ça a davantage ressemblé à ce à quoi je m’attendais contre Jack, à savoir que c’est très difficile de relancer son service et de le breaker. Les choses se sont un peu compliquées, mon niveau a peut-être un peu baissé mais que c’est bon de gagner en deux sets et de me retrouver en finale ici! » a-t-il enfin nuancé depuis le site L’Equipe.

Comme depuis le début du tournoi, Federer n’a concédé aucune de ses mises en jeu face à l’Américain. Malgré un manque de réussite sur ses premières balles (53%), « RF » semble n’avoir jamais été réellement inquiété sur ses engagements. Ce dernier tentera de défendre cette statistique lors d’une finale 100 % suisse face à son compatriote Stanislas Wawrinka qu’il avait battu en demi-finale de l’Open d’Australie fin janvier.

« Cet état d’esprit offensif est dans mon ADN »

Avant d’aborder cette finale, le joueur de 35 ans s’est confié sur sa manière d’anticiper la confontation. « Je vais bien sûr me méfier de Stan. Récemment, on a disputé des matches très serrés l’un contre l’autre et il s’est montré capable de me dominer sur un set ou deux, même sur des courts assez rapides. (…) Il va falloir que je le presse car il aime avoir du temps. Heureusement, cet état d’esprit offensif est dans mon ADN.

Un an et demi après sa victoire à Cincinnati en 2015, Roger Federer retrouve enfin une place en finale d’un tournoi de Masters 1000. Celui qui l’avait emporté face à Novak Djokovic (7-6, 6-3) s’apprete à disputer sa 43e finale dans l’exercice. L’occasion pour l’actuel n°10 d’accéder à la 6e place du classement ATP s’il venait à s’illustrer.

Marius Bocquet