Plusieurs explosions se sont produites simultanément dans la nuit de jeudi à vendredi en Thaïlande, causant au moins quatre morts. Le chef de la junte militaire au pouvoir Prayut Chan-O-Chat a dénoncé une volonté de « semer le chaos ». 

« Ce n’est pas une attaque terroriste. C’est juste du sabotage local », a assuré un porte-parole de la police locale lors d’une conférence de presse à Bangkok. Vendredi matin, à Hua Hin (station balnéaire à près de 200 km de la capitale Bangkok), un double attentat a causé la mort d’une vendeuse ambulante. 21 blessés, dont 9 ressortissants étrangers, sont également à déplorer.

Deux bombes ont explosé à trente minutes d’intervalle et 50 mètres de distance. « Les deux bombes, cachées dans des pots de plantes sur le trottoir, ont été activées par téléphone » et étaient « faites pour tuer », ont expliqué les autorités locales. Dans ce lieu touristique prisé des étrangers et des locaux, on célébrait l’anniversaire de la reine de Thaïlande.

Dans le même temps, une employée municipale a été tuée dans la ville de Surat Thani, située à 400 kilomètres plus au sud. A Pukhet, autre célèbre station balnéaire située au sud du pays, une double explosion a fait un blessé léger. Enfin, toujours au sud, un Thaïlandais a été tué dans l’explosion d’une bombe sur un marché de la ville de Trang.

Aucune revendication

Ces explosions interviennent alors que les Thaïlandais ont voté dimanche dernier en faveur d’une nouvelle Constitution voulue par la junte militaire au pouvoir depuis 2014. Ce nouveau texte permettra à l’armée de contrôler les futurs gouvernements. Pour le moment, l’attentat n’a pas été revendiqué, comme c’est souvent le cas en Thaïlande. Le chef de la police locale, Sitthichai Srisopacharoenrat, a déclaré que toutes les pistes seraient explorées. En Thaïlande, les conflits commerciaux et politiques se règlent souvent par des jets de grenades et autres engins explosifs.

Le dernier attentat de cette ampleur a eu lieu en août 2015. 20 personnes, dont de nombreux touristes chinois, ont trouvé la mort dans l’explosion d’une bombe en plein Bangkok. Là encore, aucune revendication. Mais la piste d’une attaque d’un groupe lié à la minorité musulmane ouïghoure de Chine est privilégiée, sans lien toutefois avec le terrorisme international.

La seule région habituellement touchée par les explosions de bombes artisanales est l’extrême sud de la Thaïlande, à la frontière malaisienne. Une insurrection de musulmans indépendantistes, sans lien avec le terrorisme international jusqu’ici, y a fait des milliers de morts depuis une dizaine d’années. Les explosions de bombes artisanales sont fréquentes, visant notamment les militaires thaïlandais. Mais jusqu’ici, les indépendantistes n’ont pas revendiqué d’attaques en dehors de leur région.

*Image en une : nouvelobs.com