Dès aujourd’hui, vous pourrez ouvrir un compte en banque dans votre bureau de tabac : le service de paiement Compte-Nickel est disponible chez vos buralistes.

Les buralistes semblent avoir trouvé une solution pour augmenter leurs revenus. Après les jeux de grattage et les cartes téléphoniques prépayées, les bureaux de tabac se lancent dans une nouvelle activité : le service bancaire.

La start-up « Compte-Nickel » a obtenue depuis cet été, l’autorisation de se lancer dans l’activité bancaire.  Elle détiendra 5 % de la Financière de paiements électroniques (FPE). Le principe est simple : les particuliers pourront désormais ouvrir leur compte, verser ou retirer du liquide directement dans leurs bureaux de tabac. Ce nouveau système se destine aux personnes cherchant des services bancaires simples et pas chers. En effet, le prix moyen d’un client qui souscrirait un compte chez « Compte-Nickel » serait de trente euros par an. En revanche, ce système de compte ne lui permettra pas de faire des crédits ou d’avoir des livrets d’épargne et ne lui fournira pas de chéquiers.

Une démarche simple

Il suffit aux clients de se présenter chez un buraliste partenaire simplement munis d’une pièce d’identité et d’un numéro de téléphone. Mais les buralistes ne se transformeront pas pour autant en banquier: tout a été fait pour simplifier au maximum leur. «Nous installons une borne Nickel, qui permet via les technologies de dématérialisation d’ouvrir un compte en cinq minutes », explique Ryad Boulanouar le président de la FPE. Une carte bancaire MasterCard et un relevé d’identité bancaire seront remis aux clients pour la somme de vingt euros. Les comptes « Compte-Nickel » pourront être approvisionnés par virement bancaire ou par dépôts directement dans les bureaux de tabac. Attention toutefois, les clients qui souscriront à ces comptes ne seront pas autorisés à avoir un découvert. Selon la société, ce système serait rentable dès la barre des 100 000 clients atteinte.

Une cible à définir 

Ce système de compte un peu « low-cost » semblerait plutôt destiné à des personnes modestes voire défavorisées. Mais pas seulement, c’est ce que précise Hugues Le Bret, co-fondateur du système :  «Nous ne connaissons pas encore toutes les populations cibles de Compte-Nickel, souligne Hugues Le Bret. Nous verrons à l’usage. Beaucoup de parents disent par exemple qu’ils ouvriront le premier compte de leurs enfants chez nous.»

Un « compte Nickel » qui doit alors faire ses preuves. Les buralistes en attendent beaucoup. En effet selon ses fondateurs, il pourrait augmenter le chiffre d’affaires des bureaux de tabac de 2 % à 10 %.