Une adolescente britannique âgée de 14 ans, décédée le 17 octobre d’un cancer, vient d’être cryogénisée dans l’espoir d’être ressuscitée un jour. Peu de temps avant sa mort, un juge de la Haute Cour de Londres lui en avait donné l’autorisation. 

Atteinte d’un cancer en phase terminale, elle est décédée le 17 octobre dernier. Une adolescente de 14 ans vient d’être cryogénisée, comme la justice l’y a autorisée peu de temps avant son décès. Une décision révélée après coup, afin de ne pas troubler les derniers jours que la jeune femme, qui a souhaité garder l’anonymat, avait à vivre.

« Je ne veux pas mourir »

Se sachant condamnée, elle avait écrit au juge pour lui demander cette autorisation. «J’ai seulement 14 ans et je ne veux pas mourir mais je sais que je vais mourir, avait-elle expliqué. Je ne veux pas être enterrée. Je veux vivre plus longtemps et je crois que le fait d’être cryo-conservée me donne une chance d’être soignée et de me réveiller, même si c’est dans plusieurs centaines d’années.»

Divorcés, ses parents ne voyaient pas ce souhait de la même manière. Si sa mère était d’accord avec la décision de sa fille, son père se montrait plus sceptique et redoutait les conséquences et le coût de l’opération. Il a finalement changé d’avis et compris la décision de l’adolescente. Les 43 000 euros nécessaires ont été récoltés par les grands-parents.

Une pratique critiquée

Le juge de la Cour Peter Jackson a rendu visite à la jeune fille à l’hôpital et a déclaré être «ému par sa façon courageuse de faire face à son malheur». Il reconnaît néanmoins que la cryogénisation présente un aspect«spéculatif et controversé» mais met en avant les progrès «reconnus» de cette technique. Il ajoute qu’il conviendrait de légiférer sur ce sujet, au cas où de telles situations surviendraient à nouveau.

L’hôpital britannique où l’adolescente était soignée a également émis des critiques. S’il s’est montré coopératif, il ne cautionne pas la démarche et déplore que la mère n’ait pas été « pleinement disponible » pour sa fille dans ses derniers jours. Elle devait en effet s’occuper de la mise en application de la cryogénisation.

Plus de 300 personnes cryogénisées outre-Atlantique

Le processus de cryogénisation consiste à vider le corps de son sang pour le remplacer par une substance antigel. Le corps est ensuite conservé à -196° et placé verticalement, la tête en bas, dans un conteneur cylindrique.

Le corps de la défunte, qui vivait à Londres, a été transporté en Amérique à cet effet. Plus de 300 personnes ont été cryogénisées après leur décès dans des établissements spécialisés aux Etats-Unis. Aucune preuve n’atteste aujourd’hui que cette technique permettra un jour de ramener quelqu’un à la vie.

Crédit Photo à la Une: STEPHAN AGOSTINI/AFP