Le classement des villes les plus connectées de France a été dévoilé le 21 février à l’Hôtel de Ville de Paris. En tout, 271 villes ont reçu le label « Ville Internet », dont 34 ayant obtenu le grade maximal de cinq arobases. Toulouse se distingue avec quatre niveaux, un de plus qu’en 2013.

Il apparaît à l’entrée des villes, le plus souvent à côté du fameux label « Ville fleurie ». Le label « Ville Internet » a été créé en 1999, et permet de distinguer une ville mettant en place un Internet citoyen dans le but de partager les ressources de la ville dans une optique intérêt général. Depuis 15 ans, ce sont déjà 271 communes qui bénéficient de ce label, décerné par l’Association des Villes Internet, et segmenté en 5 niveaux, symbolisé par des arobases.

  • DES VILLES MOYENNES HAUTEMENT RÉCOMPENSÉES, TOULOUSE PROGRESSE

La particularité de ce classement est qu’il ne tient absolument pas compte de l’importance de la ville, mais de son implication dans les moyens digitaux. Ainsi, le trio « PLM » (Paris, Lyon, Marseille), ne possède pas une seule arobase, probablement à cause du manque de proximité avec ses habitants – ce qui favorise de facto les plus petites communes. 34 communes ont ainsi obtenu la note maximale ; on y retrouve relativement peu de grandes villes, comme Agen, Bayonne, Beauvais, Grenoble ou Metz, avec une majorité de villes de la région parisienne.

On notera également la progression de Toulouse. La Ville rose, qui est l’une des premières communes françaises à s’être dotée d’un site 2.0 nouvelle génération en 2007, basé sur l’interactivité, gagne une arobase et en possède désormais quatre. Toulouse est la seule des dix villes les plus peuplées de France présente dans ce classement, avec Lille.

Toulouse
Le site toulouse.fr à son inauguration 2.0, en 2007