Une nouvelle mesure permet désormais aux états américains d’interdire le transfert d’argent public à toute clinique qui pratique des avortements. 

Le président américain Donald Trump a promulgué jeudi une loi qui met fin à une directive qui consolidait les financements publics des cliniques du planning familial. Le Congrès à majorité républicaine avait déjà abrogé la directive il y a deux semaines, déclenchant la colère des démocrates et de nombreuses associations pro-avortement. En février, la Chambre des représentants avait quant à elle approuvé ce texte, qui permet aux états américains d’interdire le transfert d’argent public à toute clinique qui pratique des IVG.

Lors du vote du Sénat fin mars, deux sénatrices républicaines se sont opposées à cette mesure, rapporte le Huffington Post. « Si vous voulez vraiment réduire le nombre d’avortements, la meilleure façon de le faire est de rendre le planning familial plus accessible, » a déclaré Susan Collins (Maine).

A lire aussi >> Le nouveau décret migratoire de Donald Trump bloqué à son tour

Une guerre « contre les femmes »

Aux Etats-Unis, les cliniques ne peuvent pas utiliser de fonds publics pour subventionner les avortements. Toutefois, grâce à la précédente directive promulguée par Obama, elles bénéficiaient de ressources pour rembourser des soins de santé comme les dépistages et la contraception. Avec la nouvelle mesure de Donald Trump, les états auront désormais le droit d’interdire ces versements.

D’après l’opposition démocrate, il s’agit d’un « nouvel épisode de la guerre menée par les républicains contre les femmes. » Au début du mois d’avril, les USA ont déjà arrêté de financer le fonds de l’ONU pour la population, destiné au planning familial et aux soins apportés aux mères et à leurs enfants dans plus de 150 pays. Fin janvier, Donald Trump avait également signé un décret bloquant le financement d’ONG internationales qui soutiennent l’avortement.

Le président américain ne semble donc plus cacher ses positions anti-avortement, alors qu’il s’était montré en faveur des cliniques de planification familiale avant de se lancer en politique, comme le rappelle Radio Canada.

A lire aussi >> Une Marche des femmes pour s’opposer à Donald Trump